La capitale du pays noir ne pue plus la défaite, elle a retrouvé le goût de la victoire

Le delivery Unit de Charleroi ©Frédéric Pauwels / Collectif H

Juste en face de la gare de Charleroi, on devrait voir progressivement fleurir toutes les initiatives de formation aux métiers du numérique et de création de bureaux partagés pour les start-ups carolos.

"Co. Station s’est installé dans les anciens bâtiments de la Nouvelle Gazette, juste en face de la gare, griffonne Thomas Thewissen sur un bout de papier. Un peu plus loin il y a le Quai 10 où l’école de codage BeCode a débuté ses formations. Dans le même bâtiment, il y a aussi les Dirty Monitors. C’est un collectif génial, ils font du mapping 3D." Le jeune trentenaire, ancien marketing manager chez UberEats, fait partie de la Delivery Unit, la start-up d’utilité publique chargée de la mise en œuvre du plan CatCh qui va redynamiser la capitale du pays noir. Il est en charge des projets liés au secteur du numérique.

Entre la place Verte et le long des quais Rimbaud/Verlaine, juste en face de la gare de Charleroi, c’est précisément dans cet espace relativement petit qu’on devrait voir progressivement fleurir toutes les initiatives de formation aux métiers du numérique et de création de bureaux partagés pour les start-ups carolos. Il se murmure d’ailleurs que Digital Attraxion, l’incubateur hennuyer de start-ups numériques backé par trois invests publics, pourrait s’installer à terme dans les parages. À suivre, mais des bâtiments à saisir et à revaloriser, il n’en manque pas.

Charleroi, pépinière pour start-ups? La réponse de Thomas Thewissen, CatCh

Le Fast & Serious de Thomas Thewissen (CatCh)

Impact systémique

"Nous misons beaucoup sur l’éducation numérique et les formations innovantes. Tous les modèles d’apprentissage classique, leur mode de transmission sont en train d’être remis en question. Si avec BeCode, par exemple, on peut montrer qu’il y a moyen à la fois d’être plus efficace en termes de coûts par étudiants formés, plus efficients en termes d’adéquation avec le marché du travail, cela a non seulement un impact direct visible mais en outre, cela force le système global à se remettre en question", estime Thomas Thewissen.

Notez que si les premières graines ont été semées sur les bords de la Sambre, d’autres projets de formation qui collent plus à la réalité du terrain de l’emploi sont également en train de mûrir sur les hauteurs de Charleroi. D’ici 2023, le centre universitaire Zénobe Gramme a ainsi l’ambition de devenir un nouveau pôle actif dans l’enseignement supérieur et universitaire, la formation, la recherche scientifique, la diffusion de la culture scientifique et la sensibilisation aux métiers scientifiques et techniques.

Ambitieux et efficace

Si l’intention d’attirer un maximum d’acteurs pour booster l’écosystème naissant est clairement affichée, l’objectif n’est certainement pas de dupliquer inutilement les initiatives. "Le but, ce n’est pas d’avoir dix incubateurs, par exemple. À l’échelle d’un gros département français qu’est la Wallonie, cela n’aurait pas beaucoup de sens", souffle Thomas Dermine, le "chef" de l’unité qui vient s’ajouter à la discussion. Et c’est d’autant plus vrai qu’à un moment donné, il faudra "scaler", notamment pour attirer des investisseurs et des talents. Comprenez donc que si Charleroi a de l’ambition, elle n’y va pas non plus à la hussarde.

"Il manque encore pas mal de choses mais c’est en train de se mettre en place."
thomas thewissen
chargé des projets liés au secteur numérique plan catch

"Il manque encore pas mal de choses pour les start-ups, mais c’est en train de se mettre en place", reconnaît Thomas Thewissen. Mais indéniablement, on sent que l’envie est là, les besoins aussi. Le géant américain Google l’a saisi aussi, lui qui a organisé durant l’automne son premier atelier digital chez les Carolos. Près de 1.000 participants, soit plus qu’à Anvers ou à Gand. L’esprit start-up, la prise de conscience de la transformation digitale, les moyens publics, les partenaires privés, tout est là. Reste à se montrer résilient, continuer à marquer des points et finaliser le match.

Silicon Belgium

Les nouvelles technologies peuvent-elles fleurir sur les cendres de notre vieille industrie et faire de la Belgique le pays de l’innovation? Avec le dossier #SiliconBelgium, L'Echo pose la question et passe la tech belge au crible.

Découvrez notre dossier en cliquant ici.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content