Prends garde Bruxelles, la Cité ardente pourrait bien te faire de l'ombre

©Belgaimage

Après Bruxelles, Liège est sans aucun doute l’écosystème le plus vascularisé et le plus animé au sud du royaume.

"Il y a une concentration d’acteurs plus importante que dans d’autres régions en Wallonie, ce qui rend l’écosystème particulièrement vivace", estime Gaëtan Servais, directeur général de Meusinvest. Et à ceux qui objecteraient que l’un des maux wallons, c’est précisément cette tendance à dupliquer et multiplier les initiatives, le directeur général de répond que cela ne nuit aucunement à l’efficacité du système. "Au contraire, un seul point d’entrée, cela a à tendance à aseptiser. Ici, chaque acteur a son originalité, son modèle de travail", ajoute-t-il.

Au cœur de la Cité ardente, le fonds d’investissement local Meusinvest est le chef de file de ce lieu créatif et innovant construit sur et autour de la place Saint-Etienne. Ces dernières années, un certain nombre d’acteurs qui composent désormais le monde liégeois des start-ups y sont nés comme le FabLab de Meusinvest, l’incubateur Leansquare, La Forge Coworking ou encore ID Campus. Assez naturellement, l’écosystème s’est organisé de manière verticale sur la base de sous-spécificités sectorielles préexistantes.

Culture, medtech et ingénierie

La première verticale concerne la culture et le divertissement. Plusieurs start-ups (Musimap, HLO…) connaissent des débuts florissants au point de pouvoir parler d’un écosystème music tech et entertainment en plein essor.

Plus méconnu peut-être, Liège peut également compter sur un fort pôle biotech/medtech (avec quelques stars comme la scale-up Bloomlife) qui attire de plus en plus les sociétés internationales à la recherche d’un environnement favorable pour prospérer.

Enfin, les sciences de l’ingénierie et tout ce qui est lié à l’internet des objets prospèrent joliment, notamment au sein de WSL, le premier incubateur technologique créé en 2000 par la Région wallonne.

"L’Université de Liège, c’est un peu le bras armé de Meusinvest."
Gaétan Servais
Directeur général de Meusinvest

L’Université de Liège joue pour beaucoup dans cet essor. "C’est un peu le bras armé de Meusinvest, reconnaît Gaëtan Servais. C’est de là que vient la recherche académique mais aussi les modèles plus disruptifs. Elle a toujours été très orientée sur la création d’entreprise."

Filiale de Meusinvest, Leansquare a également joué un rôle prépondérant. Depuis 2014, l’incubateur a accompagné une cinquantaine de start-ups et le rythme va s’accélérer puisqu’il est désormais question de 30 start-ups par an à partir de 2018.

Liège affiche donc clairement sa volonté d’amplifier son aura. Le prochain jalon pourrait bien être le projet de la Grand’Poste présenté comme la porte d’entrée du futur district numérique liégeois. "Le deal flow de start-ups, tant du point de vue de la qualité que de la quantité commence à être suffisant pour passer à la vitesse supérieure et envisager, par exemple, de s’associer à des accélérateurs internationaux de scale-ups", juge Gaëtan Servais.

L’effet EVS

C’est par une route sinueuse que l’on accède au parc scientifique de Liège, situé sur les hauteurs de la Cité ardente. C’est ici que se trouvent les bureaux de la société EVS, créée par Pierre L’Hoest et Laurent Minguet en 1994, qui a popularisé le ralenti à haut débit d’images et participé à la consolidation d’un écosystème très techno bâti autour de l’audiovisuel.

"L’installation d’EVS à Liège est loin d’être un hasard", nous raconte Simon Alexandre, CEO de The Faktory, l’incubateur privé, accélérateur et fonds d’investissement pour les start-ups créé par Pierre L’Hoest en 2014. Au-delà de leurs racines locales, les fondateurs ont bénéficié d’un écosystème spécifique à Liège. "C’est historique, un peu à la manière de la Silicon Valley, mais le câble s’est installé très rapidement en région wallonne en raison de la densité de population. Et qui dit câble, dit problématique de la mosaïque. Elle a été inventée par la société TDV d’Yves Joskin à Liège."

Il y a donc tout un écosystème de compétences autour du signal analogique puis numérique né à Liège et sur lequel EVS s’est greffé de manière précoce et puis par la suite, toute une série d’entreprises qui ont contribué à l’émergence de nouveaux talents.

Silicon Belgium

Les nouvelles technologies peuvent-elles fleurir sur les cendres de notre vieille industrie et faire de la Belgique le pays de l’innovation? Avec le dossier #SiliconBelgium, L'Echo pose la question et passe la tech belge au crible.

Découvrez notre dossier en cliquant ici.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content