Le plan de la SNCB à Liège, Charleroi...

©Belga

Le conseil d’administration de la SNCB examine aujourd’hui le nouveau plan de transport 2017. Selon nos informations, le document intègre les projets Angelic, acronyme des villes ANvers, GEnt, LIège et Charleroi. Il s’agit du développement d’un réseau RER dans ces villes. À Liège, la SNCB va ressusciter la ligne 125A pour relier Flémalle à Herstal en passant par Seraing et Ougrée où elle va créer des points d’arrêt. Elle va rouvrir la gare de Chaudfontaine. Les travaux sont évalués à Liège à moins de 10 millions. À Charleroi, il est question d’améliorer l’offre sur la ligne 132 reliant Mariembourg à Couvin.

Le conseil d’administration de la SNCB discutera aujourd’hui du nouveau plan de transport 2017 de l’entreprise ferroviaire. Son aboutissement est une plume que le CEO démissionnaire Jo Cornu sera content d’accrocher à son chapeau avant de rendre son tablier. Peu d’informations filtrent pour l’instant sur les détails du futur plan qui devrait rentrer en vigueur en décembre 2017.

Mais selon nos informations, il intègre plusieurs éléments essentiels du projet Angelic. Il s’agit du développement d’une offre ferroviaire en collaboration avec les sociétés de transport en commun autour de quatre grandes villes belges (ANvers, GEnt, Liège et Charleroi).

"Les éléments retenus dans le plan de transport collent bien avec la stratégie du ministre (François Bellot/MR) de décongestion des grandes métropoles. Le plan consacre l’intermodalité et l’amélioration de la mobilité dans les grandes villes", nous a confié une source proche du dossier. "Le projet Angelic est un engagement de la majorité fédérale, il figure dans l’accord de gouvernement du Premier ministre", renchérit une autre source.

©Mediafin

Chaudfontaine, Liège, Charleroi

• Chaudfontaine. Il est question ici de réaliser des travaux de réfection des quais et de rouvrir la gare. La concrétisation du projet permettra aux voyageurs, notamment des étudiants de l’Université de Liège venant de Verviers, de ne plus poursuivre leur voyage jusqu’à la gare de Liège-Guillemins avant de prendre le bus 48. Avec la réouverture de la gare de Chaudfontaine, ils pourront gagner du temps et y prendre le bus 28.

• Liège. Le projet redonne vie à la ligne 125A qui va relier Flémalle à Herstal. Il prévoit l’établissement de deux points d’arrêt à Seraing et à Ougrée. La ligne rejoindra la gare des Guillemins. Elle permettra d’assurer une meilleure rotation entre les centres-villes et les infrastructures scolaires et d’emplois. Elle garantira aussi une meilleure desserte des zonings notamment les Hauts-Sarts si la SNCB et le TEC arrivent à accorder leurs violons. "Avec la ligne 125A et la réouverture de la gare de Chaudfontaine, la SNCB offre un accès ferroviaire à plus de 80.000 personnes", précise-t-on à la SNCB. Le nouveau plan de transport 2017 reprend l’idée de l’équipe de Giovanni Palmieri, le patron de la cellule RER, de rebaptiser deux gares à Liège: Liège-Palais et Liège-Jonfosse deviendront respectivement Saint-Lambert et Liège-Carré. Le but ici est de créer une identification des Liégeois à l’offre ferroviaire en mettant en avant des noms aussi familiers qu’historiques pour les habitants de la Cité ardente.

• Charleroi. L’option retenue dans le nouveau plan de transport est une amélioration de l’offre de transport sur la ligne 132 Charleroi-Mariembourg-Couvin. Ici, on parle d’une meilleure coordination des navettes de bus entre la gare de Midi à Bruxelles et la gare de Charleroi.

• Province du Luxembourg. Dans la province de Luxembourg, la SNCB a opté pour la mise en place d’une offre en boucle qui reliera les lignes 162, 165 et 167.

En Flandre

• Anvers. La décongestion de la ville du maïeur Bart De Wever (N-VA) est le fil rouge de la concrétisation du réseau RER. La SNCB va donc y renforcer son offre notamment sur trois axes. Il s’agit de la ligne 12 Anvers-Roosendael (frontière néerlandaise), la ligne 52 Anvers-Puurs et de la ligne 4 Anvers-central-Noorderkempen. Seule une bonne collaboration avec la société de transport public De Lijn garantira le succès du projet. La construction de nouveaux parkings et le renforcement des espaces existants sont également à l’agenda dans le but d’inciter la population à garer leurs voitures pour prendre le train et le bus.

• Gand. Il est ici aussi question d’amélioration de l’offre sur certaines lignes. Reste à savoir si l’option de l’ouverture de nouvelles gares à différents endroits de la ville a été retenue dans la présentation qui sera discutée aujourd’hui par les administrateurs.

Vu le plat de résistance que constitue le nouveau plan de transport 2017 de la SNCB, la réunion du conseil d’administration devrait durer toute la journée. Certains éléments qui avaient fuité récemment indiquent que l’entreprise ferroviaire va renforcer l’offre sur la dorsale wallonne entre Liège et Tournai.

Le coût

Les projets Angelic développés par la SNCB se basent sur les offres suburbaines mises en place dans des villes notamment en Allemagne ou en Suisse. En ce qui concerne la question du financement, des sources en interne font remarquer que les projets Angelic ne demandent pas beaucoup de moyens financiers. Dans la région liégeoise, le budget est évalué à moins de 10 millions.

Et le Thalys wallon?

 Le nouveau plan ne prévoit rien pour le Thalys wallon qui est désormais à l’arrêt. Agnès Ogier, la patronne de Thalys, nous confiait en mai dernier que son entreprise ne dispose plus de rames suffisantes pour reprendre la relation sur la dorsale wallonne. Elle avait d’ailleurs relevé que le Thalys wallon était déficitaire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content