Les syndicats du rail préparent des actions

CGSP Cheminots ©BELGA

D'un côté, le syndicat autonome des conducteurs de train appelle "à la mobilisation". De l'autre, la CGSP Cheminots prépare un plan d'actions. Les prochains mois s'annoncent compliqués à la SNCB.

Le gouvernement fédéral a décidé de toucher aux pensions du personnel roulant de la SNCB et ça ne plait pas aux syndicats. La CGSP Cheminots prépare un plan d'actions à la suite de la décision du gouvernement de revoir les régimes spéciaux de pension à la SNCB. Les modalités de ce plan seront définies au cours du prochain bureau exécutif national, prévu le 27 octobre. Le syndicat appelle l'ensemble des cheminots à la mobilisation... un appel qui a déjà été suivi par le syndicat autonome des conducteurs de train (SACT).

Ce qui change

• Aujourd'hui: le personnel roulant de la SNCB est admissible à la pension à l'âge de 55 ans et 30 ans de carrière.
• En 2018: la limite sera fixée à 57 ans d'âge et 38 ans de carrière.
• En 2030: les droits seront reportés à 63 ans et 42 ans de carrière.

Le gouvernement a toutefois précisé que le personnel roulant de la SNCB conserverait la possibilité de partir en 2030 avant l'âge de 63 ans en cas de carrière longue ou de reconnaissance de pénibilité.

Ce qui fâche

"L'application de cette disposition constitue une attaque frontale contre le régime des pensions du personnel roulant et va entraîner, à court terme, de graves problèmes opérationnels et de sécurité", avertit la CGSP dans un communiqué.

En demander encore plus aux conducteurs est purement surréaliste.
SACT

La décision des autorités risque en outre d'anticiper le mouvement des départs, "qui ne sera pas compensé par des recrutements suffisants tant les métiers du rail manquent d'attractivité".

L'organisation de défense des travailleurs "condamne avec force et détermination une mesure prise unilatéralement, sans aucune concertation, qui frappe de plein fouet une catégorie de cheminots alors que tous les critères de pénibilité pour l'intégralité des métiers n'ont pas encore été déterminés et mis en œuvre".

"Nous regrettons également toute une série de mesures touchant plus spécifiquement les conducteurs de train, qui doivent fournir des efforts supplémentaires par rapport à leurs collègues non-roulant", poursuit le SACT selon lequel "en demander encore plus aux conducteurs est purement surréaliste".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content