Sophie Dutordoir seule aux commandes de la SNCB

©BELGA

Le conseil d’administration de la SNCB a approuvé le nouveau système de délégation et de subdélégation de pouvoirs au sein de l’entreprise.

La nouvelle CEO Sophie Dutordoir (étiquetée CD&V) souhaitait avoir les coudées franches pour nommer ses proches collaborateurs au grand dam du président du conseil d’administration, Jean-Claude Fontinoy (MR). Elle va pouvoir nommer notamment les general managers et les chefs de service. Selon des sources proches du dossier, le point est passé sans problème. Il nous revient que Jean-Claude Fontinoy, beau joueur, a déclaré aux administrateurs qu’il s’entend bien avec la nouvelle patronne de l’entreprise nommée en mars dernier.

©Photo News

Ce faisant, Sophie Dutordoir entend s’affranchir de certaines ingérences politiques dans la nomination de certains hauts cadres à la SNCB. Ce chapitre est donc clos et tout le monde semble être satisfait de l’issue. Le CA a aussi approuvé le nouveau Plan pluriannuel d’investissement (PPI) 2018-2022. Au total, l’entreprise ferroviaire va investir 3,2 milliards d’euros sur 5 ans pour améliorer le service (au lieu des 3,045 milliards mentionnés dans certains documents). "L’ensemble de ces investissements se concentrent sur les trois activités de base de l’entreprise: le transport de voyageurs, leur accueil dans des gares fonctionnelles, ainsi que la gestion et l’entretien du matériel", a précisé la SNCB.

Nouveaux trains

Une partie significative du budget d’investissement, soit environ 2 milliards seront affectés à la modernisation et au renouvellement du parc de voitures et de locomotives ainsi qu’à la réduction de la part du matériel ancien à 20% d’ici 2023. Actuellement, 40% du parc de matériel roulant de la SNCB a plus de 30 ans. Il est donc question de procéder à l’acquisition de nouveau train à double étage M7 pour remplacer le matériel obsolète. La SNCB précise que cela lui permettra d’augmenter son offre et de faire face à l’augmentation du nombre de voyageurs. Au total, 20.000 places assises supplémentaires sont ainsi prévues à l’horizon 2022 (dont 10.000 pour 2020).

©Photo News

L’investissement dans de nouveau matériel roulant et dans la rénovation des trains permettra aussi à la SNCB d’atteindre l’objectif d’équiper ses trains du système européen d’arrêt d’urgence ETCS (European train control system) à l’horizon 2023, contribuant ainsi à améliorer la sécurité sur le réseau ferré belge. L’entreprise mise sur la digitalisation et les nouvelles technologies d’information pour améliorer la qualité du service des voyageurs. A titre d’exemple, un nouveau site web de vente verra le jour mi-2018. Le transporteur ferroviaire veut aussi améliorer l’accueil des usagers. Une enveloppe de 600 millions sera consacrée à ce poste. A cet effet, les travaux entamés dans les gares seront poursuivis (Gand-Saint-Pierre, Mons, Malines, etc.). "Pour les nouveaux projets, l’accent sera mis sur des investissements correctement dimensionnés au bénéfice d’un plus grand nombre de gares et points d’arrêt. Ils seront d’abord orientés vers le besoin fonctionnel et le confort du client", précise-t-elle.

Les dirigeants rappellent que les investissements s’articuleront autour de 3 principaux axes: les infrastructures de gares, les parkings voitures/vélos ainsi que les quais. Concrètement, 10.000 places de parking supplémentaires seront créés d’ici 2022 et les quais de 7 gares ou points d’arrêt supplémentaires en moyenne par an seront rehaussés. Ainsi, à l’horizon 2022, les quais seront à une hauteur de 76 cm dans plus de 200 gares. Des investissements spécifiques sont prévus pour faciliter la vie des personnes à mobilité réduite (PMR). D’ici 2022, 25 gares supplémentaires leur seront totalement accessibles (5 gares supplémentaires en moyenne par an). Un budget de 300 millions sera dédicacé sur la période à la modernisation et à la construction des ateliers de maintenance des trains.

L’objectif est de garantir fiabilité, propreté et disponibilité du matériel roulant. Ces trois éléments sont des points d’attention pour les usagers. En les améliorant, la SNCB espère augmenter leur satisfaction et attirer plus de voyageurs dans ses trains. "Le gouvernement avait demandé à la SNCB de mettre le client au centre de ses préoccupations. Je me réjouis que les investissements qui viennent d’être approuvés par le conseil d’administration répondent à cette demande", a commenté le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot (MR).

Bruxelles lésée

©Photo News

Tout le monde ne partage pas son enthousiasme, notamment sur le banc de l’opposition. Le député bruxellois et chef de groupe adjoint au Parlement régional Ridouane Chahid (PS) aurait aimé un plan qui s’échelonne sur plus longtemps (10/15 ans). Il déplore les économies imposées à la SNCB (un effort cumulé de 2,1 milliards d’après lui) et la façon dont le milliard d’euros vertueux dégagé par le ministre Bellot sera affecté aux Régions. "Ce montant aurait dû être réparti équitablement entre les Régions et faire l’objet d’un accord de coopération entre le Fédéral et les Régions. Nous sommes consternés par la manière dont ce montant serait réparti au détriment de Bruxelles", nous a-t-il confié.

Ridouane Chahid rappelle les demandes prioritaires de la Région bruxelloise: création de 6 nouvelles haltes (Anderlecht-Ceria, Ganshoren-Expo, Verboeckhoven, Josaphat-Wahis, Cureghem, Erasme), entretien et valorisation des haltes existantes (en cofinancement), aménagement intérieur et intégration urbaine de la gare du Midi, libération des terrains de Schaerbeek-Formation. "Sur papier, c’est réjouissant, mais nous avons déjà connu des promesses qui n’ont pas été respectées in fine", dit Gianni Tabbone, président de Navetteurs.be Il salue l’investissement dans le matériel roulant mais rappelle dans le même temps que si l’infrastructure ferroviaire n’est pas modernisée, les usagers y perdront. "L’infrastructure vieillit et on a des problèmes de caténaire et d’aiguillage qui ont un impact sur la ponctualité", dit-il.

©Photo News

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content