La start-up bruxelloise Shayp fait la chasse aux fuites d'eau

©BELGA

Un chasse d'eau qui fuit? Gare à la facture d'eau en fin d'année. Pour réduire les coûts, la start-up Shayp a développé un produit innovant capable de déterminer la quantité de fuites d'eau et le coût de maintenance pour y mettre un terme.

Manneken Pis a une fuite. Et il n'est pas le seul. "La plupart des gens ne s'en rendent compte mais en moyenne, nous consommons 35% à 40% d'eau en trop annuellement à cause des fuites d'eau", nous explique Alexandre McCormack, architecte spécialisé en stratégie durable et en optimisation énergétique. A titre d'exemple, une simple chasse d'eau qui fuit peut représenter l'équivalent d'une personne supplémentaire à la maison, soit jusqu'à 33.000 litres par an. Un véritable gaspillage pour une denrée aussi précieuse que stratégique.

Le problème est d'autant plus pris au sérieux aujourd'hui tant par les pouvoirs publics que par les particuliers que les coûts de l'eau ont fortement augmenté ces dernières années. "Ils ont doublé, voir triplé en Wallonie", souligne Alexandre McCormack. Et pour les communes et les services publics comme les hôpitaux ou les CPAS, cela représente des milliers d'euros de trop sur la facture annuelle. C'est pour résoudre ce problème qu'est née Shayp, une start-up bruxelloise qui ambitionne de réduire les pertes d'eau de 100 milliards de litres par an d'ici 2021.

De la détection à la maintenance

"C'est tout un autre monde de passer d'un prototype à un produit industrialisable."
Alexandre McCormack
Shayp

"Tout a commencé lorsqu'une connaissance architecte cherchait à comprendre pourquoi les enfants d'une crèche tombaient systématiquement malades", se souvient Alexandre McCormack. "Nous suspections un dégât des eaux et avons fini par découvrir, grâce à l'observation de la consommation nocturne, une fuite dans les canalisations situées dans les fondations. Cela équivalait à deux seaux entiers par heure déversés sur le sol." La recherche et le développement débutent en 2016 avec l'idée de créer un outil qui soit capable de déterminer la quantité de fuites d'eau et le coût de maintenance pour y mettre fin. 

La société est incorporée en septembre 2017. Entre-temps, l'équipe s'est agrandie avec Zineddine Wakrim (CTO), ingénieur électronique qui a pris en charge le prototypage, et Grégoire de Hemptinne (COO), ingénieur informatique et titulaire d'un MBA. Shayp travaille avec un partenaire bien connu de la place bruxelloise, l'agence Productize qui fait de l'accompagnement électronique pour les entreprises. "C'est tout un autre monde de passer d'un prototype à un produit industrialisable", explique Alexandre McCormack. "Nous avons bénéficié de beaucoup d'informations qui ont permis de faire évoluer le produit". 

1 à 1,5 million d'euros recherchés

Ce fameux produit est un petit boîtier qui tient dans une main et que l'on relie facilement au compteur d'eau. D'une durée de dix ans, il enregistre les données de consommation. Le coût de l'appareillage tourne autour des 300 euros auxquels s'ajoutent les frais d'abonnement mensuels. En juin, Shayp a commencé une phase de "précommercialisation" à destination des grands comptes. La start-up travaille essentiellement avec des villes, des communes, des CPAS, des hôpitaux, des écoles ...

En avril dernier, la start-up a levé 400.000 euros notamment auprès de BeAngels et de l'accélérateur Imec. "Nous estimons que nous pourrons lancer le processus d'industrialisation proprement dit en 2019", commente Alexandre McCormack. Pour assurer la hausse de production à venir et la croissance future, la seconde levée de fonds de Shayp devrait atteindre entre 1 et 1,5 million d'euros. A terme, Shayp aimerait rendre son produit abordable pour les particuliers en diminuant les coûts de production. "Les assurances pourraient prendre en charge le coût de l'appareillage. Vu qu'un tiers de leurs coûts annuels sont liés aux dégâts des eaux, cela pourrait les intéresser également", sourit Alexandre McCormack. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content