Le Fédéral dédie 100 millions d'euros supplémentaires au financement des scale-ups

Le gouvernement fédéral dédie, par le biais de la SFPI, son bras financier, 100 millions d’euros supplémentaires au financement des entreprises de croissance belges (les "scale-ups"). Il collabore dans ce cadre avec le Fonds européen d’investissement (FEI).

C’est une vieille antienne: lorsque les entreprises de croissance belges veulent lever plus de 10 millions d’euros pour financer leur expansion, elles sont très souvent contraintes d’aller frapper à la porte d’investisseurs étrangers. Les acteurs belges capables de mettre sur la table de tels montants se comptent sur les doigts d’une main. Les dernières levées de capitaux de l’entreprise bruxelloise Collibra et de l’entreprise de sécurité Guardsquare l’ont encore illustré récemment.

450 mios €
Un "super fonds" doté d’un montant pouvant aller jusqu’à 450 millions d’euros a été créé par le Fédéral pour soutenir les entreprises de croissance. S’y ajoutent aujourd’hui 100 millions à destination des "scale-ups".

Pour y remédier, le gouvernement fédéral a décidé il y a quelques mois de constituer un "super fonds" et de le doter de 300 à 450 millions d’euros destinés à être investis dans des fonds privés qui injectent des capitaux dans des entreprises de croissance, notamment en Belgique. Le fonds sera géré par la société d’investissement publique flamande PMV et BNP Paribas Fortis Private Equity, sous la supervision de la Société fédérale de participations et d’investissement (SFPI).

Le bras financier fédéral ajoute à présent 100 millions d’euros pour le financement des "scale-ups", a appris la rédaction. La collaboration avec le Fonds européen d’investissement (FEI) sera signée officiellement ce jeudi.

Double avantage

Concrètement: la SFPI reprendra la moitié de l’investissement que le FEI effectue dans des entreprises belges par le biais de fonds de tiers. L’avantage: d’une part, le fonds européen se sent soutenu par l’investisseur local et, d’autre part, la scale-up reste ancrée partiellement dans son pays.

Un exemple chiffré illustrera sans doute mieux le mécanisme: supposons que le FEI investisse dans le fonds X, qui a 100 millions d’euros de capital et que le fonds injecte 10 millions dans une entreprise belge; dans ce cas, la SFPI reprendra la moitié de cet investissement, soit 5 millions d’euros.

C’est la première collaboration de ce type que le FEI met en place avec un fonds d’investissement étatique.

Lire également

Publicité
Publicité