Les vélos Cowboy ont leur saloon à Bruxelles et des ambitions à l'étranger

©Tim Dirven

Avec l’arrivée des beaux jours et donc de la haute saison, la start-up Cowboy inaugure son premier showroom.

Il y a un an, l’aventure de Cowboy commençait officiellement avec la vente de ses premiers vélos électriques connectés. Un rapide succès. En l’espace de trois mois, l’entreprise est alors parvenue à écouler toute sa première production, soit 1.200 vélos, pour un chiffre d’affaires d’environ 2 millions d’euros. Un succès auprès du public qui a aussi permis à l’entreprise d’attirer les investisseurs et de permettre à la start-up, fondée par les anciens de Take Eat Easy, de réaliser une nouvelle levée de fonds de 10 millions d’euros.

Avec l’arrivée des beaux jours et donc de la haute saison, la start-up se remet à appuyer sérieusement sur les pédales. Ce vendredi, elle inaugure officiellement son premier showroom. Un endroit peu banal puisque l’entreprise a choisi l’ancien dépôt Design à Bruxelles pour présenter ses vélos dans son "saloon". "Le bâtiment fait 700 m² ce qui nous a permis d’y installer une véritable piste d’essai intérieure. C’est un lieu unique en Belgique. On est assez excité", explique fièrement Adrien Roose, le cofondateur et CEO de Cowboy.

©RV DOC

Jusqu’à présent, l’entreprise misait uniquement sur la vente en ligne avec la possibilité de tester le vélo via des "test-riders" se déplaçant chez les clients avec les fameuses bécanes. "Le showroom nous permettra de créer un lien physique avec les clients Cowboy. C’est rassurant pour les gens de voir une présence réelle et pas juste un site internet. Je crois beaucoup à la complémentarité de l’online et du physique. Ça donne aussi l’occasion de voir comment réagissent les clients quand ils essayent les vélos", explique encore le cofondateur.

Nouvelle version

À l’occasion de cette nouvelle ouverture, l’entreprise en a également profité pour annoncer le lancement de la deuxième production. Elle sera bien plus importante que la première, en rupture de stock après seulement quelques mois. "Il n’y pas vraiment eu d’arrêt des commandes", précise directement Adrien Roose. "Mais le lancement de production est évidemment un défi pour une start-up hardware comme la nôtre, puisque nous travaillons encore via des commandes de production", ajoute-t-il. Le problème est toutefois très relatif. "Nous sommes sur un marché avec une très grosse saisonnalité. Ne pas avoir de stock en hiver a un effet limité même si avec cette nouvelle production, nous espérons bien que ça n’arrivera plus", glisse-t-il encore.

10.000
Pour sa deuxième production, Cowboy prévoit 10.000 vélos. La start-up espère les vendre en l’espace d’une année.

Cette fois, Cowboy compte produire 10.000 exemplaires de son nouveau modèle. "Le plus gros changement est l’autonomie de la batterie. On passe de 50 à 70 km. Nous avons aussi simplifié la fabrication et pensé comment faciliter l’entretien. De l’extérieur, ce sont surtout des détails mais à l’intérieur, on a tout repensé", sourit encore le CEO.

L’entreprise espère écouler son nouveau modèle en un an. Pour cela, la Belgique ne suffira pas. Cowboy s’attaquera donc dès les mois prochains à nos voisins. "Nous allons développer la vente en Allemagne, aux Pays-Bas et en France. Avec la Belgique, ces pays représentent ensemble environ 80% du marché européen", détaille le responsable. La vente à l’étranger se fera d’abord uniquement via le site. "Cela a demandé la mise en place d’une logistique pour la livraison mais aussi de créer un réseau de magasins qui est capable de faire des réparations sur nos vélos et un service client dans chaque langue", précise le CEO.

Cowboy pense aussi déjà à l’avenir et plus précisément l’année prochaine. La start-up pourrait bien se pencher sur le développement d’une version féminine de son vélo. "Ce n’est pas pour tout de suite car cela prend au moins un an de créer un nouveau produit. On ne l’a pas encore fait car on souhaitait d’abord s’assurer du réel potentiel de notre vélo actuel. Aujourd’hui, environ 7% de nos utilisateurs sont des femmes. Les études indiquent pourtant qu’elles sont plus nombreuses que les hommes à utiliser les vélos électriques. Ce marché sera donc un deuxième relais de croissance", conclut le patron de Cowboy.

©Tim Dirven

Lire également

Publicité
Publicité