L'ex-Pages d'Or reprend la start-up bruxelloise VisiYou

©Dries Luyten

Repris mi-2016 par l’estonien FCR, l’éditeur des Pages d’Or (ex-Truvo) a acquis la start-up bruxelloise VisiYou. Le nouvel ensemble se positionne comme leader dans le marketing digital au service des PME, des indépendants et des professions libérales.

Au début de l’été 2016, le groupe estonien FCR Media reprenait à la curatelle les activités de Truvo, l’éditrice des Pages d’Or, tombé en faillite peu avant. Il avait ensuite placé cet actif dans une coquille vide, Somegi. Quinze mois plus tard, rebaptisée FCR Media Belgium, la société est à nouveau en ordre de marche. Non sans casse. Si la dette abyssale (2 milliards d’euros en 2010) a été restructurée (elle s’élevait fin 2016 à 16,2 millions), 220 emplois ont disparu, Seules 310 personnes ont été conservées. Elles sont 350 aujourd’hui.

Actif dans 12 pays, FCR Media est spécialisé dans le marketing digital. D’où son intérêt pour Truvo qui, au fil du temps, avait tenté de muter son activité traditionnelle, l’édition d’annuaires téléphoniques, vers le conseil en marketing digital pour les PME, artisans et professions libérales. Cette transition digitale n’a toutefois pas permis à Truvo d’éviter la faillite, notamment en raison d’une structure de coûts trop élevée.

Le nouvel actionnaire y a injecté 600.000 euros, de quoi repartir en avant. "Nous avons redéfini la gamme de produits pour être sûr qu’ils répondent aux attentes des clients et revu les processus internes", note Birgit Peeters, CEO de FCR Media Belgium.

"Les deux sociétés sont complémentaires."
birgit peeters
ceo de FCR media Belgium

Gestion de sites web, présence sur les réseaux sociaux, référencement sur Google, présence sur le portail Pagesdor.be (6,5 millions de visites par mois) etc.: le digital pèse désormais 83% de son chiffre d’affaires, le solde venant du bon vieux bottin, l’annuaire professionnel/privé Pages d’Or/Pages Blanches qui n’est plus tiré qu’à moins de 2 millions d’exemplaires. Aujourd’hui, FCR Belgium compte 40.000 clients, dont la moitié lui ont confié la gestion de leur site web. Cela va des professions libérales aux artisans en passant par les commerçants, l’horeca, etc. Ces clients dépensent en moyenne auprès d’elle entre 1.500 et 2.000 euros par an. "Il y a encore un gros potentiel de croissance, assure Birgit Peeters. Aujourd’hui, plus de 80% des recherches se font sur le web mais seulement 1 PME sur 4 fait du marketing en ligne."

La Belgique est déjà devenue le premier marché de FCR en termes de revenus. En six mois d’activité en 2016, elle a dégagé 33,4 millions d’euros de chiffre d’affaires et affiché 1,7 million de bénéfice. Pour 2017, elle table sur 60 millions de revenus.

Pour renforcer son positionnement, FCR vient de réaliser sa première acquisition, VisiYou. Cette start-up bruxelloise a été créée en 2013 par Nicolas van Lierde et Arthur Aoust. Son créneau est un peu le même: référencement sur Google, achat de mots clés, productions de vidéos promotionnelles diffusées sur les réseaux sociaux, visites virtuelles de magasins via Google, etc. "Nous sommes un one stop shopping mais à la différence de FCR, notre core business ce n’est pas le site web mais tout ce qui tourne autour, avec comme ADN Facebook", résume Nicolas van Lierde. VisiYou, qui emploie une quinzaine de personnes, affichait l’an dernier un chiffre d’affaires de 1,6 million et table sur 2,4 millions cette année. La société est bénéficiaire.

Pourquoi, dès lors, déjà se vendre? "Afin de mieux servir nos clients, répond Nicolas van Lierde. FCR possède ainsi un innovation lab qui analyse les nouvelles tendances, c’est un coût que nous ne pourrions pas assumer seuls; cette entrée dans le giron de FCR offre aussi à nos collaborateurs des opportunités de carrière." Birgit Peeters juge les deux entreprises complémentaires: "Sur le plan géographique, ils sont très présents sur la partie francophone du pays alors que nous sommes davantage actifs en Flandre, ils ont aussi un esprit davantage start-up. Enfin, c’est une société en bonne santé."

En principe, VisiYou bénéficiera d’une certaine autonomie, le nom devrait être maintenu et l’équipe restera dans ses locaux de l’espace Silversquare, avenue Louise, à Bruxelles.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content