CMB investit un demi-million dans la start-up Urbantz

©Dieter Telemans

Lancée en 2015, la start-up bruxelloise Urbantz, qui ambitionne de développer une logistique durable dans les villes, a bouclé un tour de table de 3 millions d’euros. Parmi ses investisseurs, on trouve la Compagnie Maritime Belge (CMB), Sambrinvest et une série de business angels.

Avec la croissance du e-commerce et la main-mise flagrante de gros acteurs (Amazon, eBay ...) sur le secteur de la livraison, la mobilité dans les grandes villes est toujours plus problématique. Depuis maintenant 3 ans, Urbantz s’efforce de développer une solution de référence pour réorganiser efficacement les flux de transport en ville. "Ce que l’on veut créer, c’est une logistique durable pour l’ensemble des acteurs locaux", explique Michaël Darchambeau, co-fondateur de cette start-up bruxelloise lauréate du prix Rise d’Innoviris en 2017.

Pour contrer les leaders de l’industrie, Urbantz mise sur un socle technologique solide à destination des sociétés logistiques et des sociétés commerçantes de toute taille. "Notre solution permet de réduire les coûts de transport de la préparation à la livraison du colis de 20 à 25%", estime encore Michaël Darchambeau..

Un marché en expansion

Parmi ses clients, la start-up compte notamment Metro, Auchan ou encore CityDepot, filiale de Bpost. "Nous opérons depuis Bruxelles mais sommes actifs dans différents marchés comme la France, le Royaume-Uni ou encore la Hollande", commente Michaël Darchambeau. Urbantz est également présente dans 16 pays au Moyen-Orient. "Sur ce marché, nous sommes tout seul alors qu’en Belgique, par exemple, ce n’est pas encore vraiment un enjeu", fait-il remarquer en pointant du doigt les différences de maturité sur ces marchés.

"Notre solution permet de réduire les coûts de transport de la préparation à la livraison du colis de 20 à 25%."
Michaël Darchambeau
Co-fondateur d'Urbantz

Depuis sa création, la société affiche une croissance significative. Le nombre de personnes qu’elle emploie est passé de 10 à 30 en un an et une dizaine de postes sont actuellement à pourvoir. "Au premier trimestre 2018, nous avons réalisé le même chiffre d’affaires que sur la seule année 2017", affirme Michaël Darchambeau. Et ce n’est qu’un début puisque la start-up a bouclé au début de l’été un financement de trois millions d’euros pour accélérer son développement.

Preuve s’il en faut du potentiel d’Urbantz, la Compagnie Maritime Belge (CMB) a mis le ticket le plus important en injectant à elle seule 500.000 euros. Les autres investisseurs sont le fonds d’investissements public Sambrinvest et une série de business angels.

Technologie et intelligence collective

Interrogé à ce sujet, Alexandre Saverys, PDG de CMB, n’a caché pas sa confiance dans le projet. "Nous voyons des synergies avec nos activités", confiait-il. "Bien sûr, notre échelle est beaucoup plus grande. Le transport de conteneurs par bateau à travers les océans ne peut pas être comparé aux derniers kilomètres d’une petite camionnette chargée de colis. Mais des similitudes peuvent être trouvées dans les algorithmes utilisés. C’est la même logique. Dans les deux cas, les itinéraires doivent être aussi efficaces que possible, en évitant les encombrements et les espaces de chargement vides".

Avec ce capital frais, Urbantz entend accélérer son développement en consolidant certains marchés et en en investissant d’autres à moyen terme, comme les pays de l’Est. Surtout, elle va investir dans sa solution pour maintenir son avancée technologique. "Nous allons poursuivre nos investissements R&D afin de permettre l’intégration des dernières technologies de machine learning, de big data et d’intelligence artificielle", conclut Michaël Darchambeau.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content