Showpad lève 50 millions de dollars

©Diego Franssens

La start-up technologique américano-gantoise met le turbo grâce à une injection de capitaux d’un important investisseur américain.

C’est le troisième tour de table de Showpad, la start-up créée à Gand en 2011 par ses deux co-CEO, Pieterjan Bouten et Louis Jonckheere. Showpad est spécialisée en logiciels pour entreprises, qui facilitent le partage de documents et de contenus entre les employés et avec les clients.

Avec cette levée de capitaux – de loin la plus importante depuis le début 2016 pour une start-up belge, et l’une des plus importantes de ces dernières années – Showpad franchit une étape importante. La start-up, dont le siège social est situé à Gand, et qui est très présente aux Etats-Unis, avait déjà attiré respectivement 2 et 8,5 millions de dollars, mais d’après les deux fondateurs, le moment était venu de passer à la vitesse supérieure.

"Nous avons toujours dit à nos collaborateurs que nous avions des projets ambitieux, mais les choses sont de plus en plus tangibles."
Pieterjan Bouten et Louis Jonckheere

Les fonds proviennent de l’investisseur américain Insight Venture Partners, un célèbre fonds new-yorkais, qui gère plus de 13 milliards de dollars et bénéficie d’une vaste expérience en tant qu’investisseur dans des entreprises technologiques comme Alibaba, BlaBlaCar, Nextdoor, Indiegogo et Twitter. Jeff Horing, le fondateur d’Insights, rejoint le Conseil d’administration de Showpad. Le Britannique Dawn et le Belge Hummingbird, qui avaient apporté les fonds lors des précédentes levées de capitaux, contribuent à nouveau à l’opération.

"A chaque phase du développement d’une start-up, il y a un type d’investisseur idoine. Et Insight est un top absolu", estime Jonckheere. "Cela fait longtemps que nous rêvions d’une collaboration avec eux. Nous souhaitions attirer un investisseur américain pour franchir cette étape, car c’est aux Etats-Unis que nous connaissons la croissance la plus rapide. Un partenaire comme Insight nous apportera son expérience, ainsi qu’un énorme réseau."

Showpad compte plus de 800 entreprises clientes, qui vont de PME à des multinationales comme Johnson & Johnson, General Electric et Coca-Cola.

Ces nouveaux fonds serviront à financer la croissance. La start-up emploie aujourd’hui 170 personnes, avec une prévision de 250 pour la fin de l’année. "Nous anticipons la croissance. Nous devons donc constamment recruter un nombre de personnes supérieur à nos besoins afin de les former. L’avantage, c’est que ces nouveaux collaborateurs sont opérationnels au moment de l’arrivée de nouveaux clients importants".

  • De Gand à San Francisco

Le bureau de Gand recrute des ingénieurs. "Nous sommes fiers de pouvoir continuer à développer cette entreprise à partir de la Belgique", explique Bouten. Nous embauchons également à San Francisco, principalement pour la vente et le marketing. Showpad est aussi présente à Londres et a récemment ouvert un bureau à Portland, dans l’Etat américain de l’Oregon. Plus tard cette année, l’entreprise ouvrira une succursale à New York, et l’Asie est également au programme."

©Dominic Verhulst

Showpad a commencé en tant que producteur de logiciels destinés avant tout au personnel de vente des entreprises. Ses activités étaient concentrées sur une application pour tablettes permettant aux vendeurs de disposer de toutes les informations utiles pour les clients, mais la start-up s’est ensuite spécialisée dans les logiciels qui travaillent sur une multitude de plates-formes et qui s’adressent également à d’autres départements, comme les RH ou le service d’entretien. "Par exemple, Schindler, le célèbre fabricant suisse d’ascenseurs, est un de nos clients. Auparavant, son personnel d’entretien avait besoin de trois cartons de documentation technique lorsqu’il allait réparer un ascenseur. Aujourd’hui, grâce à Showpad, il dispose d’un accès automatique à toutes les informations", explique Bouten.

"Dans le jargon, on appelle cela content activation. Entre 60 et 70% du contenu produit par les entreprises, comme les vidéos et présentations, sont généralement perdus ", poursuit Bouten. "Grâce à notre plate-forme, il est plus facile de retrouver ces contenus, de les partager et de contrôler leur impact." Showpad est une entreprise SaaS, l’acronyme de "Software as a Service". Les clients paient un abonnement annuel pour disposer du logiciel, qui est géré par Showpad.

  • Une opération majeure en Europe
©Diego Franssens

Pour ce type d’entreprises, la récente levée de capitaux est l’une des plus importantes en Europe depuis le début de l’année.

Cette opération a lieu au moment où de nombreux investisseurs de la Silicon Valley se montrent plus prudents dans leurs investissements dans des start-ups technologiques. Le nombre de transactions réalisées depuis la fin 2015 est nettement en baisse, et l’on se pose de plus en plus de questions sur les valorisations excessives – qui ne reposent que sur des promesses – de jeunes entreprises, dont beaucoup recherchent le statut de "licorne", en d’autres mots: d’une start-up dont la valeur dépasse 1 milliard de dollars.

"Le secteur fait face à une mini-crise, et les investisseurs sont devenus plus nerveux. Le fait que nous ayons attiré ces capitaux dans ce contexte difficile, nous apporte encore plus de satisfaction."
Louis Jonckheere

La valorisation de Showpad n’est d’ailleurs pas connue. "Showpad fait partie des entreprises que les investisseurs recherchent aujourd’hui. Cela démontre que nous disposons d’une base solide: le nombre de clients continue à augmenter, tout comme notre chiffre d’affaires, qui double chaque année. Les investisseurs croient en notre stratégie produit."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect