Taptap va rejoindre Station F pour mieux grandir

©AFP

La start-up néo-louvaniste qui veut révolutionner l’expérience client en magasin s’installe dans l’incubateur parisien. Ses fondateurs vont lever des fonds.

En juillet 2017, le monde de la grande distribution est ébranlé par la reprise des 460 magasins de la chaîne Whole Foods par Amazon. Montant: plus de 12 milliards d’euros. De fins observateurs échafaudent de multiples analyses sur l’avenir du secteur. Et si l’explication se trouvait à Louvain-la-Neuve dans les bureaux de Taptap?

Supermarché 4.0

Selon Olivier Drèze et Christophe Verbeiren, le magasin physique conserve tout son sens s’il intègre des atouts de l’e-commerce. Leur objectif? Réinventer l’expérience d’achat en intégrant des nouvelles technologies: des écrans interactifs, de l’affichage dynamique, ou encore des murs vidéos situés le long du parcours d’achat.

"Dans un magasin physique, il y a 50% de chance pour que votre client sorte avec un article. Sur les sites en ligne, le taux de transformation du visiteur en un client est de 2 à 2,5% pour les meilleurs", tranchent-ils.

300.000 €
La start-up réalise un chiffre d’affaires annuel de 300.000 euros avec des clients comme Thomas & Piron, Century 21 ou encore Akzo Nobel.

Le magasin physique doit cependant offrir un des atouts essentiels de l’e-commerce: le choix. "C’est ce que les Américains appellent le ‘long tail’. L’idée étant qu’un très grand nombre de produits (la traîne) vendus en petites quantités permet de générer autant de ventes qu’un nombre réduit de produits vendus dans un grand volume."

C’est la diversité des produits et non les prix pratiqués qui assurent à Amazon son leadership. La présence d’écrans dynamiques doit permettre de mettre en lumière le choix disponible en rayon.

Le spécialiste du marketing travaille sur des profils de personnes, les personae, la planification étant ensuite réalisée par notre application.
Olivier Drèze
Taptap

L’atout majeur des écrans de Taptap est aussi de détecter le profil des acheteurs présents dans un espace commercial et d’adapter l’affichage en fonction d’événements tels que le stock, la météo ou des objectifs commerciaux.

Exemple

A la veille d’un week-end ensoleillé, si 60% des chalands sont des hommes, les écrans vont les inciter à faire un détour par la boucherie, par le rayon des boissons et à terminer par l’achat d’un appareil à barbecue. Le client sera informé du parcours à suivre. La pub s’interrompt d’elle-même dès que les commandes excèdent les stocks.

Levée de fonds

Pour l’aspect technique, l’ensemble des écrans de Taptap gérés individuellement à distance est intégré dans l’architecture informatique des commerçants afin d’être à jour en permanence.

Créée fin 2014, la start-up réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires annuel de 300.000 euros avec des clients comme Thomas & Piron, Century 21 ou encore Akzo Nobel (pour la communication interne). "Notre objectif a 3-4 ans est d’atteindre 1.000 installations auprès de magasins spécialisés" envisage Christophe Verbeiren.

Pour atteindre cet objectif ambitieux, Taptap table sur sa présence au sein de l’incubateur parisien "Station F" et du "Wetail" de Lille, la Silicon Valley de la grande distribution. Et pour soutenir sa croissance, nos deux entrepreneurs ambitionnent de faire appel à des investisseurs privés à hauteur de 900.000 d’euros début de l’année prochaine.

Notre objectif, c’est d’atteindre 1.000 installations en magasins d’ici 3-4 ans.
Christophe Verbeiren
Taptap

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés