Les consommateurs belges en confiance

©Photo News

L'indice de confiance de la BNB décolle de la moyenne à long terme, grâce à un nouveau saut en juillet.

La confiance des consommateurs belges a une nouvelle fois progressé en juillet, alors qu'elle était déjà en hausse en juin.

"Ce sont surtout les prévisions relatives à la situation économique générale qui se sont nettement reffermies", commente la Banque nationale, qui publie cet indice.

En revanche, la crainte d'une hausse du chômage s'est "quelque peu renforcée en juillet".

Les ménages sont du reste plus optimistes quant à leurs perspectives personnelles. Et comme ils s'attendent à un mieux dans les 12 mois, ils prévoient d'économiser davantage.

Comme on le voit sur ce graphe ci-contre, la confiance est au-dessus de la moyenne à long terme (depuis 1990).

Le moral en berne des investisseurs allemands

Cette statistique va à contre-courant du sentiment des investisseurs allemands, dont le moral s'est très nettement dégradé en juillet, et n'a jamais été aussi bas depuis novembre 2012, reflétant leurs inquiétudes après le Brexit.

Premier aperçu majeur du sentiment économique post-Brexit dans l'économie la plus puissante d'Europe, l'indice de l'institut ZEW est tombé à -6,8 pour le mois en cours contre 19,2 le mois précédent, alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient déjà en moyenne une dégradation mais limitée, à 9,0.

L'indice de juillet est inférieur à toutes prévisions qui figuraient dans ce consensus.

"L'incertitude sur les conséquences du vote (britannique) pour l'économie allemande est largement responsable du recul marqué du sentiment économique", a déclaré Achim Wambach, président du ZEW.

Les craintes exprimées pour les perspectives d'exportation et la stabilité du système bancaire et financier, à la suite de la victoire du Brexit, risquent également d'assombrir l'horizon économique de l'Allemagne, a-t-il ajouté.

L'enquête de l'institut de Mannheim a été effectuée entre le 4 et le 18 juillet auprès de 220 analystes et investisseurs, ces derniers ayant eu le temps de faire une première estimation des retombées potentielles du Brexit.

Certains experts tempèrent l'effet saisissant provoqué par une première lecture de l'indice. Thomas Gitzel, économiste de
VP Bank, doute que l'Allemagne ressente durement les effets du Brexit cette année et pense que l'indice pourra remonter le mois suivant.

"On peut concevoir que l'économie allemande fléchisse modérément; même si la Grande-Bretagne n'est pas un  partenaire commercial négligeable, elle n'est pas non plus le plus important", dit-il, ajoutant que les turbulences des marchés financiers n'avaient pas été de grande ampleur.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés