Publicité

Les patrons de l'industrie manufacturière seuls à garder le moral

©Photo News

La confiance des chefs d'entreprise est au plus bas depuis septembre 2017. Ce recul de la confiance des chefs d'entreprise reflue toutefois à un rythme moins élevé qu'en décembre dernier. Le secteur du commerce est celui qui affiche la variation à la baisse la plus forte sur un mois alors que dans l'industrie manufacturière retrouve le sourire.

En janvier, la confiance des chefs d'entreprise belges a poursuivi son repli entamé à l'automne dernier. Selon les chiffres de la Banque nationale de Belgique (BNB), la courbe synthétique globale brute est descendue pour le mois en cours à -1,5 contre -0,9 en décembre 2018. Il faut remonter à septembre 2017 pour connaître un niveau aussi faible.

La confiance des patrons s'est toutefois contractée à un rythme toutefois moins soutenu qu'en décembre, précise la BNB. "Le climat des affaires s'est détérioré dans le commerce et, pour le deuxième mois consécutif, dans les services aux entreprises et dans la construction. En revanche, la conjoncture s'est modestement renforcée dans l'industrie manufacturière, gommant le recul de décembre", notent encore les statisticiens de la Banque nationale. 

©BNB

  

"L'économie allemande connaît un retournement" 

Le moral des chefs d'entreprise de la première économie de la zone euro s'est aussi détérioré en janvier. Il s'agit là du cinquième recul mensuel d'affilée, selon l'enquête de l'institut Ifo publiée également ce vendredi. L'indice mesurant le climat des affaires était ressorti à 99,1 en janvier, au plus bas depuis février 2016, contre 101,0 en décembre. 

"Les inquiétudes augmentent parmi les chefs d'entreprise allemands", a indiqué le président de l'institut Ifo, Clemens Füst, précisant que "l'économie allemande connaît un retournement". 

Carnet de commandes positif pour l'industrie manufacturière 

Chez nous, le recul observé dans le commerce est dû principalement à une révision à la baisse des perspectives de demande et de commandes auprès des fournisseurs. Dans les services aux entreprises, l'indicateur a été mis sous pression par les prévisions négatives formulées dans le secteur en raison de la contraction de la demande générale du marché. Côté construction, la perte de confiance trouve son origine dans la faiblesse des carnets de commandes des entrepreneurs et de l'appréciation des prix sur le matériel utilisé.

Enfin, l'industrie manufacturière est la seule à engranger des points grâce à une appréciation plus positive du carnet de commandes total.

©BNB

La courbe synthétique globale lissée, qui reflète la tendance conjoncturelle sous-jacente, est désormais légèrement orientée à la baisse.

Enfin, la BNB constate un léger accroissement du taux d'utilisation des capacités de production dans l'industrie manufacturière par rapport au trimestre précédent. Corrigé des variations saisonnières, ce taux est ainsi passé de 80,4% en octobre 2018 à 81,0% en janvier 2019. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité