Moyens et personnel de la Sûreté seront renforcés

©BELGA

Le gouvernement compte également réorganiser l’institution et réviser la loi qui encadre les méthodes particulières de renseignement.

Le gouvernement Michel a décidé de se pencher sur les problèmes qui minent la Sûreté de l’État. Le service de renseignement recevra des moyens financiers supplémentaires, du personnel en plus, ne devra plus assurer la protection des chefs d’État et autres VIP, obtiendra une liste de priorités de la part du gouvernement et verra son personnel doté de nouveaux statuts. Enfin, la loi sur les méthodes particulières de renseignement sur laquelle s’appuie la Sûreté pour mener à bien ses actions sera évaluée cette année encore.

Dans deux semaines, la Chambre recevra un projet de loi qui transfère à la police la protection des chefs d’État et des VIP, qui cause régulièrement des soucis à la Sûreté. Près de 130 personnes à la police seront chargées de reprendre cette tâche. La Sûreté recevra pour sa part 6 millions d’euros de budget supplémentaire pour renforcer son personnel ainsi que 4 millions pour d’autres investissements.

Quant à savoir si le fonctionnement avec des informateurs doit être soumis à un contrôle externe, la question sera débattue dans le cadre d’une évaluation de la loi sur les méthodes particulières de recherche. La Sûreté, quant à elle, recevra enfin les directives qu’elle réclame de la part du gouvernement. Cela se fera par le biais d’un "plan national de renseignement".

Prévenir le terrorisme

Tant le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) que son collègue de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) ont été soumis à des questions à la Chambre à l’occasion de la publication du livre "Les secrets de la Sûreté de l’État", dont nous proposons une prépublication. Geens a tenu à souligner à quel point la Sûreté est importante pour notre sécurité, notamment dans l’optique de la prévention de la menace terroriste.

Le président de la Chambre, Siegfried Bracke (N-VA), a fait savoir qu’il allait inviter sans tarder le Comité I (chargé de surveiller les services de renseignement) en commission pour apporter des éclaircissements sur certaines révélations contenues dans l’ouvrage. C’est le député Groen Stefaan Van Hecke qui en a formulé la demande, suite aux questions suscitées principalement par l’existence supposée de "taupes" au sein d’entreprises du secteur des télécoms.

[Suivez Lars Bové sur Twitter en cliquant ici

 

Pendant un an, Lars Bové, journaliste du Tijd, a enquêté sur la Sûreté de l’État belge, le deuxième plus ancien service de renseignements dans le monde. Dans son livre "Les secrets de la Sûreté de l’État", édité par la maison Lannoo, il nous emmène pour un voyage au cœur de ce service public de l’ombre. Cette semaine, l’Echo a décidé de partager avec vous quelques découvertes et faits marquants ayant émergé au cours de ce périple.

Consultez ici notre dossier en ligne: "Les secrets de la Sûreté de l'État".


Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés