"Belle victoire" pour DéFI et le cdH sur le survol de Bruxelles

©belga

Nouvelle victoire pour le gouvernement bruxellois et plusieurs communes de la capitale sur le survol de la ville par les avions décollant depuis le Brussels Airport.

Selon nos informations, le tribunal de première instance de Bruxelles a rendu un jugement sur l’action en cessation environnementale introduite en juin 2016 par la ministre de l’Environnement Céline Fremault (cdH) et plusieurs communes bruxelloises. Le jugement donne raison aux plaignants.

Concrètement, le juge demande la suppression des infractions aux normes de bruit sur la route du Canal et la route du Ring ainsi que la réduction des nuisances sur la piste d'atterrissages 01 de 23h à 7h du matin. Les routes ne sont toutefois pas totalement supprimées. Il donne 4 mois à l’Etat fédéral pour exécuter le jugement sous peine d’une astreinte de 100.000 euros par semaine.

Le juge suit aussi les plaignants et ordonne à l’Etat de réaliser, à ses frais, une étude d’incidences sur l’activité de l’aéroport national et son impact ainsi que les alternatives possibles. Il dispose de quatre mois pour adapter les règles d'utilisation des routes aériennes en conséquence et les communiquer à la Région bruxelloise sous peine d'astreintes de 100.000 euros par semaine, et en tout cas, s'il n'est pas en mesure d'apporter ces changements sur le plan opérationnel, d'en exposer à la Région bruxelloise "la motivation formelle et matérielle".

DéFI et cdH satisfaits

Pour le cdH, cet "aboutissement heureux" vient surtout reconfirmer "la pleine compétence de la Région bruxelloise en matière de lutte environnementale contre les nuisances aériennes".

Cette lutte, menée au-delà des traditionnels clivages majorité-opposition régionale "témoigne ainsi d'une très forte cohésion bruxelloise sur la question du survol de Bruxelles et de ses zones densément peuplées", se félicite le groupe humaniste au parlement bruxellois.

Il appelle le gouvernement fédéral à "prendre le taureau par les cornes" dans ce dossier et à "répondre favorablement aux invitations de la Région bruxelloise à négocier".

Même son de cloche chez DéFI qui, tout en parlant "d'une belle victoire", dénonce "l'inertie du gouvernement fédéral et du ministre MR de la Mobilité dans le dossier". "Ce jugement ne doit pas occulter la nécessité d'adopter un plan durable pour des routes aériennes minimisant le nombre de riverains survolés", conclut le parti amarante.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés