56 civils syriens tués par des frappes US

La région d'Alep est durement touchée par la guerre. ©REUTERS

Des frappes américaines ont touché ce mardi plus de 50 civils syriens, dont des enfants. Alors que se tient ce mercredi une réunion des pays membres de la coalition anti-Etat islamique dirigée par les Etats-Unis.

C'est l'ONG OSDH, principale source d'information pour les faits de guerre en Syrie, qui rapporte l'information: au moins 56 civils, dont 11 enfants, ont été tués dans des frappes de la coalition antijihadistes menée par Washington près d'un village tenu par le groupe Etat islamique dans le nord de la Syrie.

"Les habitants étaient en train de fuir le village d'al-Toukhar dans la province d'Alep quand les frappes ont eu lieu" à l'aube, explique Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH (Observatoire syrien des droits de l'Homme).

"Il semble que cela soit une erreur."

La coalition va d'abord vérifier cette information avant de commenter.

• Où? Les avions de la coalition visent les jihadistes dans et autour de ce village situé à 14 km au nord de la ville de Minbej, un fief assiégé de l'EI par les forces kurdes syriennes antijihadistes.

Minbej servait aux jihadistes comme principal carrefour d'approvisionnement, de la frontière turque vers les zones sous leur contrôle dans le nord syrien.  Déjà lundi, au moins 21 civils ont péri dans des raids aériens de la coalition sur Minbej et al-Toukhar.

La ville de Minbej et ses environs sont visés depuis le 31 mai par une offensive des Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par les Etats-Unis et qui cherchent à la reprendre.

La coalition internationale frappe quotidiennement cette ville qui compte encore des dizaines de milliers de civils et où les FDS sont parvenues à pénétrer il y a plusieurs semaines.

On va en parler...

Cela s'est passé alors que la capitale américaine va accueillir, mercredi et jeudi, une conférence des donateurs pour l'Irak, également consacrée à la lutte contre l'EI. Elle doit rassembler une trentaine de ministres des Affaires étrangères et de la Défense, dont Steven Vandeput, notre ministre de la Défense.

Et la première journée sera justement réservée aux opérations militaires contre Daech, auxquelles participent une trentaine de pays. Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, y participera aussi, alors que l'Alliance atlantique n'est pas formellement membre de la coalition anti-EI - même si ses 28 Etats-membres en font partie -, mais accepte, de mettre des avions-radar à sa disposition.

Pour rappel, la Belgique est militairement engagée à deux titres dans l'action de la coalition:
· en affectant six chasseurs-bombardiers qui mènent depuis le 1er juillet au départ de la Jordanie des attaques contre des objectifs terrestres des djihadistes en Irak, avec une extension désormais possible à la Syrie voisine
· en participant à la formation des troupes irakiennes dans un cadre multinational dans un endroit sécurisé, l'aéroport de Bagdad.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés