"Accord trilatéral pour surveiller le cessez-le-feu en Syrie"

La conférence d'Astana. ©REUTERS

Selon l'agence de presse officielle turque, la Russie, la Turquie et l'Iran se sont mis d'accord à Astana pour surveiller l'application du cessez-le-feu en Syrie.

La Russie, la Turquie et l'Iran se sont mis d'accord mardi à Astana sur la création d'un mécanisme trilatéral destiné à surveiller l'application du cessez-le-feu en Syrie, rapporte l'agence de presse officielle turque Anatolie.

Cette annonce semble confirmer une dépêche antérieure de l'agence russe Tass, qui, dès lundi, écrivait sur la base d'un projet de communiqué que les trois pays garants allaient instituer un mécanisme de contrôle du cessez-le-feu mis en place en Syrie le 30 décembre et que les deux camps s'accusent mutuellement de violer.

Ce mécanisme pourrait ouvrir la voie à un règlement de paix qui interviendrait sous l'égide des Nations unies. "Nous travaillons à une déclaration à même de renforcer la cessation des hostilités en cours", avait dit mardi matin à la presse Staffan de Mistura, émissaire spécial des Nations unies pour la Syrie. "Ce n'est pas juste du papier, mais une cessation des hostilités qui sauve des vies. Nous ne sommes pas loin d'aboutir à une déclaration finale", ajoutait-il.

Les délégations envoyées à Astana, la capitale du Kazakhstan, par le régime syrien et les rebelles, ont engagé lundi des pourparlers indirects dans le cadre de la conférence d'Astana, alors même qu'Ankara, qui soutient les insurgés, et la Russie, alliée du régime de Damas, cherchent à se désengager du conflit.

Une source gouvernementale syrienne a fait état de consultations mardi à Astana pour lever des obstacles dressés par la Turquie, qui, selon elle, cherchait à introduire des aspects sortant du cadre d'Astana. Le projet de déclaration, tel qu'il avait été ébauché lundi, comportait un paragraphe proposant que les pays garants envisagent ou créent "un mécanisme trilatéral destiné à observer et garantir l'application totale du cessez-le-feu, à empêcher toute provocation et à déterminer toutes les modalités".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content