"Des centaines de rebelles se sont rendus à Alep"

©REUTERS

L'armée syrienne s'est emparée d'un grand quartier du sud-est d'Alep et contrôle désormais 90% des quartiers Est auparavant tenus par la rébellion.

Des centaines de rebelles se sont rendus ces dernières 24 heures et des milliers de civils ont fui les derniers quartiers d'Alep-est encore tenus par les insurgés, selon le ministère russe de la Défense (via l'agence de presse Ria). Selon les chiffres du ministère, 728 rebelles se sont rendus et 13.346 civils ont fui.

A SAVOIR

Deuxième ville du pays et ex-capitale économique de la Syrie, Alep était coupée en deux depuis 2012, entre l'Est tenu par les rebelles et l'Ouest sous contrôle gouvernemental.

En moins d'un mois, une offensive foudroyante de l'armée, soutenue par des combattants venus d'Iran et du Hezbollah libanais ainsi que par de violents bombardements aériens syriens et russes, a chassé les rebelles de l'essentiel du territoire qu'ils tenaient dans la cité.

Au moins 413 civils ont été tués à Alep-Est depuis le début de l'offensive le 15 novembre, tandis qu'au moins 139 autres ont péri à cause de tirs de roquettes rebelles sur les quartiers Ouest.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) rapporte de son côté que les forces gouvernementales se sont emparées dans la nuit de dimanche à lundi du quartier de Cheikh Saïd, dans le sud-est d'Alep. Les forces du président Bachar al Assad et leurs alliés, miliciens chiites iraniens ou libanais notamment, progressent rapidement dans la partie orientale de la ville depuis la fin novembre.

 "L'armée contrôle désormais totalement Cheikh Saïd", a déclaré Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH: "Les forces du régime syrien contrôlent maintenant 90%" d'Alep-Est, qui était jusqu'à récemment un bastion de la rébellion syrienne.

 

©REUTERS

Les insurgés sont aujourd'hui retranchés dans une poignée de secteurs, situés pour la plupart au sud de la Vieille Ville. Selon l'OSDH, les rebelles ont perdu 90% des territoires qu'ils occupaient dans la ville. Des responsables de l'opposition ont affirmé dimanche qu'une proposition russo-américaine aurait été formulée aux combattants d'Alep pour qu'ils puissent quitter la ville avec leurs familles et d'autres civils.

300.000
Plus de 300.000 personnes sont mortes depuis le début en mars 2011 de la guerre civile en Syrie et des millions d'autres ont été contraintes à la fuite.

Selon le texte d'une proposition que Reuters a pu consulter, l'idée serait de garantir une évacuation "sûre" et "digne" des combattants, menée sous supervision des Nations unies, sur une période de 48 heures. La proposition permettrait aux djihadistes du front Fatah al Cham (ex-Al Nosra) de gagner la province d'Idlib. Les autres groupes pourraient se rendre ailleurs, notamment dans les secteurs proches de la frontière turque, au nord d'Alep. Mais tout en assurant que Moscou cherche à créer les conditions d'une évacuation sécurisée de la population civile d'Alep-Est, Sergueï Riabkov a nié que qu'une telle proposition ait été pour le moment étendue aux rebelles.

©AFP

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content