"Russie, les missiles vont venir!" Les compagnies dévient leurs vols

©AFP

Le climat de guerre froide s'intensifie entre les Etats-Unis et la Russie. Donald Trump menace d'une intervention militaire imminente en Syrie. Moscou le met en garde et Damas évacue ses bases aériennes et aéroports. Les compagnies aériennes dévient leurs vols.

Escalade et surenchère. Tout comme dans le dossier "guerre économique" qui oppose le président américain Donald Trump à la Chine, le dossier syrien est explosif. Et ici, c'est au sens propre du terme. Alors que les Etats-Unis menace de bombarder la Syrie, Moscou réagit en indiquant que les missiles seront abattus et que les sites d'où ils ont été tirés seront à leur tour bombardés. Cela marquerait inévitablement une grave escalade du conflit syrien.

"En cas de frappe américaine(...), les missiles seront abattus et même les sources d'où proviennent ces missiles seront prises pour cibles."
Alexander Zassipkine
Ambassadeur de Russie au Liban

Les responsables de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) se réuniront lundi à 10h00 pour discuter du dossier.

La réaction de Donald Trump ne s'est pas fait attendre. Dans un tweet il lançait ce mercredi matin: "La Russie jure d'abattre n'importe quel missile tiré sur la Syrie. Que la Russie se tienne prête, car ils arrivent, beaux, nouveaux et 'intelligents!' Vous ne devriez pas vous associer à un Animal qui Tue avec du Gaz, qui tue son peuple et aime cela!" Suite à ces propos, les forces gouvernementales syriennes ont décidé d'évacuer les principaux aéroports et bases aériennes militaires du pays.

©AFP

La Bourse de New York a clôturé en baisse ce mercredi, inquiète des conséquences d'éventuelles frappes militaires américaines. Le Dow Jones a perdu 0,9% à 24.189,45 points. Le Nasdaq a lâché 0,36% à 7.069,03 points. Le S&P 500 a reculé de 14,68 points à 2.642,19 points.

"Des relations pires que pendant la Guerre froide"

Les relations entre les Etats-Unis et la Russie sont "pires aujourd'hui qu'elles ne l'ont jamais été, y compris pendant la Guerre froide", a-t-il ajouté, pointant du doigt l'enquête "corrompue", selon lui aiguillée par les démocrates, du procureur Mueller sur l'ingérence russe dans la présidentielle. 

Ce dernier "est celui qui a le plus de conflits (d'intérêts)", a poursuivi Trump. "A part peut-être Rosenstein", a-t-il poursuivi en référence au numéro deux du ministère de la Justice Rod Rosenstein, qui pourrait aussi être renvoyé par Trump, selon plusieurs médias américains.

 

"Les missiles intelligents doivent voler en direction des terroristes et non pas en direction du gouvernement légitime, qui lutte depuis plusieurs années contre le terrorisme international sur son territoire."
Maria Zakharova
Porte-parole de la diplomatie russe

"Une escalade dangereuse"

La Russie a insinué que les frappes américaines contre Damas promises par Trump pourraient servir à "effacer les traces des provocations" que les Occidentaux dénoncent comme une attaque à l'arme chimique à Douma.

Du côté du ministère des Affaires étrangères syrien, on dénonce les menaces américaines: "Nous ne sommes pas étonnés par cette escalade dangereuse en provenance d'un régime comme celui des Etats-Unis qui a parrainé et parraine encore le terrorisme en Syrie."

©AFP

Pour rappel, les Etats-Unis et certains de leurs alliés envisagent la possibilité de frapper militairement la Syrie à la suite d'une attaque chimique présumée à Douma, dans la Ghouta orientale, qui aurait fait des dizaines de morts samedi dernier et que les Occidentaux attribuent au régime Assad.

→ L'affrontement diplomatique entre la Russie et les Etats-Unis au Conseil de sécurité de l'ONU a conduit mardi à une impasse sur une éventuelle enquête sur le recours aux armes chimiques en Syrie.

Des menaces qui ne sont pas prises à la légère

L'agence de contrôle du trafic aérien européen a invité les compagnies aériennes dont des avions survolent la Méditerranée orientale à la prudence dans les prochaines 72 heures. Eurocontrol évoque de possibles frappes en direction de la Syrie. Selon l'agence, des missiles air-sol ou de croisière pourraient être lancés. Or le fonctionnement de l'équipement de radio-navigation des appareils risque d'être perturbé en cas d'opérations militaires.

Plusieurs compagnies aériennes ont donc déjà dérouté certains de leurs vols.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content