Trump exhorte la Russie à contenir le régime syrien et l'Iran

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a rencontré son homologue américain, Rex Tillerson, et Donald Trump, pour discuter d’une désescalade de la violence en Syrie.

Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangère, était en visite ce mercredi à Washington, pour obtenir le soutien américain à un projet visant la baisse du niveau de violence en Syrie. Alors qu’il ne devait rencontrer que son homologue américain Rex Tillerson, il a finalement été reçu par Donald Trump, au lendemain du limogeage du directeur du FBI, James Comey, dont les services enquêtent sur une éventuelle collusion entre l’entourage de Trump et la Russie. Des soupçons que Sergueï Lavrov a qualifiés de "fiction".

"Je pense que nous allons faire de très bonnes choses sur la Syrie, les choses bougent, c’est très positif."
Donald Trump
président des Etats-Unis

En amont de la visite, le département d’État américain avait déclaré qu’ils parleraient des "efforts pour une désescalade de la violence, l’acheminement d’une assistance humanitaire et la préparation du terrain pour un règlement politique du conflit" en Syrie. Rex Tillerson s’est félicité, aux côtés de Sergueï Lavrov, de la poursuite du "dialogue" et des "échanges" entre les deux pays aux relations extrêmement tendues, regrettant toutefois encore un "faible niveau de confiance" entre eux.

"Construire une meilleure relation"

La Russie a pris la main sur le processus diplomatique en Syrie depuis la fin de la présidence d’Obama. Sergueï Lavrov a défendu hier à la Maison-Blanche un projet signé la semaine dernière à Astana, entre la Russie, l’Iran et la Turquie, et accueilli prudemment par les Américains.

Cet accord prévoit la mise en place de "zones de désescalade" et de "zones sécurisées" en Syrie, contrôlées par les forces des pays garants. Américains et Russes ont multiplié les désaccords depuis le début du conflit syrien, soutenant deux camps différents. La Maison-Blanche a notamment approuvé mardi la fourniture d’armes aux milices kurdes YPG en Syrie, et appelé Moscou à "contenir" son allié Bachar el-Assad et l'Iran. Trump a toutefois déclaré vouloir "construire une meilleure relation" avec la Russie.

Le milliardaire républicain, qui milite depuis longtemps pour un rapprochement avec la Russie, a "souligné la nécessité de travailler ensemble pour mettre un terme au conflit en Syrie", selon l'exécutif américain. Après avoir vu Donald Trump et le secrétaire d'Etat Rex Tillerson, "nous sommes prêts à coopérer (sur la question des zones de désescalade) et nous avons abordé des voies concrètes que nous pouvons gérer ensemble", s'est félicité le ministre Lavrov devant la presse.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content