Un photographe syrien en larmes fait le tour de la toile

Le photographe syrien Abd Alkader Habak après l'attentat-suicide qui a fait 126 morts. ©Capture d'écran Twitter @PrimoAhmad

Abd Alkader Habak a posé sa caméra pour aider les victimes d'un attentat-suicide en Syrie.

Le photographe syrien Abd Alkader Habak s’est retrouvé spectateur du carnage qui a provoqué la mort de 126 personnes, dont 68 enfants, samedi, lors d’un attentat suicide dans la région d’Alep. Un bus transportant des habitants évacués de localités pro-régime assiégés, a été littéralement dévasté. 

Ce photographe est l’auteur de nombreuses photos illustrant l’horreur de la situation. Il a lui même été photographié en train de courir, un enfant dans les bras, et puis à genoux, en larmes, à côté d'un corps d'enfant.

Il était présent sur le lieu de l'attentat, car il attendait l'arrivée de ses parents qui faisaient partie des milliers de personnes évacuées de quatre localités assiégées. "Je n'étais que quelques mètres à l'écart lorsqu'il y a eu une explosion massive. Mon appareil photo est tombé à terre et j'ai été projeté en arrière", a-t-il expliqué à la chaîne de télévision Channel 4. "Je me suis relevé pour voir ce qu'il se passait. J'ai cherché mon appareil photo et je l'ai trouvé sur le sol et j'ai vu un enfant couché qui saignait. J'ai couru jusqu'à lui, je l'ai regardé et il a bougé sa main. Je pouvais voir qu'il respirait. Je l'ai donc ramassé et j'ai commencé à courir jusqu'à une ambulance."

Il a tweeté plus tard dans la journée: "Ce que mes collègues et moi avons fait aujourd’hui est ce qui inspire notre humanité, à ceux qui étaient les complices dans les meurtres d’enfants à Khan Cheikhoun" (nom de la ville où a eu lieu une attaque chimique début avril).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content