Vague d'attentats suicides à Damas

©AFP

Deux attentats suicides ont été perpétrés dans la ville de Damas. La première a eu lieu au tribunal, la seconde dans un restaurant. Au moins 32 morts et plusieurs blessés sont à déplorer.

Deux attentats suicide ont frappé mercredi Damas en moins de deux heures, tuant au moins 32 personnes le jour du sixième anniversaire du début de la guerre en Syrie.

Le terrible bilan humain de ce conflit, considéré comme le plus meurtrier depuis le début du XXIe siècle, s'est aussi alourdi avec la mort de 20 personnes, dont 14 enfants, dans des raids aériens sur la ville d'Idleb, en territoire rebelle et jihadiste.

Les attentats à Damas, la ville jusqu'à présent relativement épargnée par les violences, surviennent cinq jours après la double attaque dans la vieille ville qui avait fait 74 morts. Vers 12H10, un kamikaze s'est fait exploser à l'intérieur d'un bâtiment abritant deux tribunaux près de l'entrée du fameux souk, au coeur de la capitale, tuant au moins 32 personnes et en blessant une centaine, a indiqué une source policière.

"J'ai entendu du bruit, j'ai regardé à ma gauche et j'ai vu un homme vêtu d'une vareuse militaire", a raconté à la télévision d'Etat un homme portant un patch à son oeil blessé. "A ce moment, il a levé les bras vers le ciel et crié: 'Allah Akbar' (Dieu est grand), puis l'explosion s'est produite", a ajouté ce témoin qui se trouvait dans le bâtiment pour des formalités. "Je suis tombé par terre et j'ai senti le sang s'écouler de mon oeil".

 Attaque dans un restaurant

Moins de deux heures plus tard, dans le quartier de Raboué à l'ouest de Damas, un autre kamikaze "a déclenché sa ceinture explosive à l'intérieur d'un restaurant après avoir été pourchassé et cerné" par les services de sécurité, selon l'agence officielle Sana. La source policière a fait état de 25 blessés.

Les correspondants de l'AFP ont constaté que les rues de la capitale avaient été désertées à la suite du deuxième attentat alors qu'il s'agissait de l'heure de pointe. Plusieurs rues ont été coupées à la circulation par les services de sécurité.

Dans la ville d'Idleb, un homme, 13 membres de sa famille ainsi que la famille de son frère -- au total 20 civils -- ont péri à l'aube dans des raids "vraisemblablement russes".

Les six années de guerre ont fait plus de 320.000 morts, plus de 11 millions de déplacés et de réfugiés -- soit la moitié de la population d'avant-guerre -- et laissé en ruines l'infrastructure du pays.
Ce sombre anniversaire a coïncidé avec un troisième cycle de pourparlers de paix sur la Syrie au Kazakhstan mais qui, boycotté par les rebelles, s'est terminé mercredi sans avancées concrètes.
Régime et opposition sont par ailleurs conviés à un cinquième round de négociations sous l'égide de l'ONU à Genève le 23 mars.


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content