Publicité
Publicité
mon argent

La BCE s'apprête à baisser ses taux. Quel impact pour votre portefeuille?

Mario Draghi ©EPA

La BCE envisage un taux de dépôt négatif pour contrer le risque de déflation. Quelles conséquences pour l'épargnant belge?

La Banque centrale européenne (BCE) s'apprête à entrer dans le territoire méconnu des taux d'intérêt négatifs. Lors de sa réunion de jeudi prochain, l'institut monétaire devrait adopter plusieurs mesures pour contrer le risque d'une déflation en zone euro. Le 15 mai, Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne, a annoncé qu'en avril, la hausse des prix à la consommation s'était élevée à seulement 0,7%, alors que les économistes tablaient sur une inflation de 0,8% en moyenne. Depuis plusieurs mois, le taux d'inflation des pays qui partagent l'euro est largement inférieur à l'objectif à moyen terme de la BCE, qui se situe à environ 2%.

Pour remédier à ce problème, d'après une grande majorité d'économistes, l'institution gardienne de l'euro se prépare à réduire plusieurs de ses taux directeurs ce jeudi. En principe, une baisse de taux est censée décourager l'épargne, qui devient moins rémunérée, et favoriser les emprunts, devenus ainsi meilleur marché, ainsi que les dépenses, ce qui doit entraîner un regain d'inflation...

Publicité

Épargne et prêts hypothécaires quelles conséquences pour les livrets?

Rassurons d'emblée les anxieux: les banques ne vont pas réclamer de l'argent pour les dépôts de leurs clients. Par contre, "la tendance à la baisse des taux des livrets va continuer", prévoit l'économiste Bart Van Craeynest (Petercam). "Il existe une corrélation entre les taux directeurs de la BCE et la rémunération des comptes d'épargne", souligne-t-il, graphique à l'appui (voir l'infographie). "Cette relation va persister et provoquer de nouvelles baisses de taux, après les diminutions déjà annoncées récemment par plusieurs banques sur ce marché. Mais les taux d'intérêt des livrets ne seront jamais négatifs. C'est aussi un des objectifs de la BCE", rappelle-t-il.

La banque centrale tente en effet de favoriser les dépenses et les investissements au détriment de l'épargne. Sa politique vise aussi à accroître le crédit. Quid des prêts hypothécaires, où la baisse de taux est beaucoup moins évidente? "Cette situation est due au niveau de compétitivité sur ce marché", explique Bart Van Craeynest. "Les taux directeurs n'obligent pas les banques à modifier leurs conditions. Si elles n'ont pas intérêt à gagner des parts de marché, elles ne suivront pas la baisse. En outre, les taux hypothécaires sont davantage liés à des taux à plus long terme."

Ces derniers ont également tendance à baisser, mais pas nécessairement aussi vite que les taux à court terme, en cas d'intervention de la BCE.

Publicité

Où investir pour bénéficier du taux directeur négatif?

Si la BCE annonce bien, comme attendu, une baisse du taux de sa facilité de dépôt en territoire négatif, les économistes estiment que cela aura assez vite un effet sur le marché monétaire, où se traitent les titres de dette à moins d'un an. L'expérience menée par la banque centrale danoise a démontré que ce marché suivait rapidement ce type d'action. Par conséquent, les investisseurs devraient avoir tendance à privilégier les titres à plus longue échéance et les actions, afin de préserver un rendement minimum.

Dans une note publiée le 22 mai, Société Générale estime que "les banques, aussi bien sur le marché de la dette que sur les marchés d'actions, seront clairement les gagnantes" de cette politique monétaire. Pour la banque, l'intervention de la BCE va réduire la fragmentation bancaire dans la zone euro. Elle mise donc sur ce secteur et en particulier sur les banques des pays périphériques. Elle cite notamment le groupe italien Intesa Sanpaolo. Selon SocGen, "les marchés d'actions de la zone euro vont continuer à grimper, comme le "re-rating" (adaptation du ratio cours/bénéfice, actuellement plus bas qu'aux Etats-Unis, NDLR) continue. Les marchés périphériques en bénéficieront le plus."

Société Générale s'attend aussi à une bonne performance des obligations d'entreprises, avec une préférence pour les noms affichant une faible notation et les obligations de maturité plus longue. En outre, selon la banque, les récentes tensions sur les obligations souveraines de la périphérie sont "une opportunité d'achat". "Les actions ciblées de la BCE vont aider à couper le cordon ombilical entre les États et les banques", affirme-t-elle.

Enfin, SocGen prévoit que les matières premières seront la classe d'actifs la moins sensible à l'intervention de la BCE. Et la banque avertit évidemment qu'un risque pèse sur le scénario ci-dessus: si la banque centrale ne prend pas les mesures espérées, l'effet inverse est à prévoir...

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité