La taxe sur la spéculation s'applique aussi aux options

©Photo News

Les banques devront vraisemblablement également prélever la taxe sur la spéculation sur les options. Les investisseurs ayant réalisé des plus-values sur des options devront les mentionner dans leur déclaration d’impôts.

Depuis le début de cette année, les investisseurs doivent payer une taxe sur la spéculation de 33% sur les gains réalisés sur les actions et les produits dérivés cotés en Bourse détenus moins de six mois. Le gouvernement fédéral visait aussi les options mais Febelfin, la fédération des banques belges, estimait cette taxation illégale et les banques ne prélevaient pas la taxe sur les options. Mais le projet de loi-programme déposé à la Chambre par le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA), précise que les options doivent aussi être soumises à la taxe.

Celle-ci s’appliquera de manière rétroactive aux plus-values sur options dégagées cette année. Elles devront être mentionnées dans la déclaration d’impôt de 2017. "Nous recommandons aux banques de ne pas prélever la taxe sur la spéculation tant que la loi programme n’a pas été approuvée", précise Febelfin. Un vote est attendu cet été. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content