49 morts dans un attentat contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande

©REUTERS

Deux mosquées de la ville néo-zélandaise de Christchurch ont été attaquées durant la prière du vendredi. Le tireur serait un terroriste australien extrémiste de droite. Au moins 49 personnes ont perdu la vie dans cet attentat.

Quarante-neuf personnes ont été abattues et au moins 20 grièvement blessées ce vendredi à Christchurch, annonce la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern. Ces fusillades ont eu lieu contre deux mosquées bondées de la ville néo-zélandaise de Christchurch durant la prière du vendredi. La Première ministre évoque des violences "sans précédent" dans cette nation paisible du Pacifique Sud.

©EPA

Par ailleurs, des engins explosifs improvisés ont été désamorcés. Le tireur est un "terroriste australien extrémiste de droite et violent", indique le Premier ministre australien Scott Morrison. Un homme a été inculpé de meurtre dans un contexte terroriste, indique la police qui ne cherche pas d'autres suspect. .

Les assaillants de Christchurch n'étaient pas sous surveillance, a précisé Jacinda Ardern

Un Palestinien présent dans l'un des lieux de culte a raconté qu'il avait vu un homme être abattu d'une balle dans la tête. "J'ai entendu trois coups de feu rapides et après environ dix secondes, ça a recommencé. Cela devait être une arme automatique, personne ne pourrait appuyer sur la gâchette aussi vite", a dit cet homme à l'AFP sous couvert de l'anonymat. "Puis les gens ont commencé à sortir en courant. Certains étaient couverts de sang."

"Le tireur est un terroriste australien extrémiste de droite et violent."
Scott Morrison
Premier ministre australien

Niveau d'alerte relevé

La Première ministre Jacinda Ardern a déclaré que la Nouvelle-Zélande avait été attaquée car elle "représente la diversité", dénonçant des attaques inédites dans ce pays réputé pour être sûr. "Clairement, ce qu'il s'est passé est un acte de violence extraordinaire et sans précédent."

"Nombre de ceux qui ont été directement touchés par cette fusillade pourraient être des migrants, ce pourrait même être des réfugiés", a ajouté Jacinda Ardern. "Ils ont choisi de faire de la Nouvelle-Zélande leur pays, et c'est leur pays. Ils sont nous. La personne qui a commis cette violence à notre encontre ne l'est pas. Mes pensées, et je suis sûre celles de tous les Néo-Zélandais, vont à ceux qui ont été touchés et à leurs familles", a-t-elle conclu. Le pays a relevé son niveau d'alerte de bas à élevé. "Nous avons renforcé les réponses de nos agences aux frontières, dans les aéroports. À tous les niveaux, nous avons un niveau de réaction renforcé."

La police a demandé aux fidèles d'éviter les mosquées "partout en Nouvelle-Zélande".

©AFP

Lire également

Publicité
Publicité