Jan Jambon fait ses emplettes en Israël

Le salon Homeland security-Cyber (HLS-Cyber) est une convention géante mêlant les ateliers consacrés à l’antiterrorisme au business pur. Ici, un nouveau véhicule aérien israélien sans pilote Da-Vinci fabriqué par Elbit Systems. ©AFP

Considéré comme un "ami" du pays, Jan Jambon a été accueilli à bras ouverts durant quatre jours en Israël. Le ministre de l’Intérieur est venu puiser des idées en s’inspirant de l’expérience israélienne dans le domaine sécuritaire.

Les médias israéliens ont accordé beaucoup d’intérêt à la visite de quatre jours que vient d’effectuer Jan Jambon dans leur pays ainsi que dans l’Autorité palestinienne. À tort ou à raison, le ministre belge de l’Intérieur est en effet considéré comme un "ami d’Israël" et les commentateurs locaux lui sont gré d’avoir renforcé la protection des institutions de la communauté juive de Belgique.

En outre, les attentats de Bruxelles ont été largement répercutés dans l’Etat hébreu. Or, depuis lors, Jan Jambon a consulté plusieurs experts israéliens de l’antiterrorisme, dont Boaz Ganor, un spécialiste mondialement reconnu.

"Profiling" à l’aéroport

Dans la foulée, Bruxelles et Jérusalem ont conclu un accord grâce auquel les Israéliens spécialisés dans le "profiling" des voyageurs à l’aéroport de Tel Aviv forment le personnel belge qui sera, à terme, chargé de faire passer un interrogatoire de sécurité aux passagers embarquant à Zaventem.

À l’occasion de son deuxième séjour dans l’Etat hébreu, Jan Jambon a eu des contacts avec des membres de l’establishment local ainsi que des experts du Shabak (la Sûreté générale israélienne) chargé de suivre l’évolution de l’Etat islamique. Mais il a surtout passé une journée au salon Homeland security-Cyber (HLS-Cyber), une convention géante mêlant les ateliers consacrés à l’antiterrorisme au business pur puisque les principaux constructeurs israéliens de matériel professionnel se pressent pour y avoir un stand.

Cette fois, Jan Jambon s’est longuement attardé chez YTS, un fabricant de camionnette d’observation banalisée bourrée d’appareillage électronique. "Vous voulez suivre des conversations à distance en plus des images vidéo haute définition et intercepter des communications téléphoniques en même temps? Pas de problème, on s’adapte aux desiderata du client. Tout est possible", a promis le vendeur.

Longue également, la halte du ministre chez Qylatron, un système conçu pour scanner automatiquement les bagages à main à l’entrée des stades, des salles de spectacle et des parcs d’attractions et qui a manifestement retenu l’intérêt du ministre N-VA.

Patrouilles dans les trains

"On n’est pas ici pour copier ce qui se fait mais pour s’inspirer et l’adapter à la situation belge."
jan jambon
ministre de l’intérieur

La délégation belge a marqué un intérêt appuyé pour les mesures de sécurité appliquées par Rakevet Israël, la SNCB locale. Certes, le réseau de l’Etat hébreu n’est pas aussi développé que le belge mais il est beaucoup plus sécurisé. Jan Jambon, qui a pris le train pour l’occasion, a ainsi pu constater que le système mis en place ressemble un peu à celui de l’aéroport Ben Gourion avec des gardes armés aux entrées des gares, un contrôle des bagages aux rayons x et des patrouilles dans les trains en circulation. Il a reconnu avoir été "impressionné" tout en ravouant que toutes ces mesures ne pourraient pas être appliquées à l’ensemble du royaume. "On n’est pas ici pour copier ce qui se fait mais pour s’inspirer et l’adapter à la situation belge, a-t-il souvent répété durant son voyage. Les Israéliens sont partis longtemps avant nous, ils ont donc beaucoup d’avance."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés