L'avocat de Salah Abdeslam va déposer plainte contre le procureur de Paris

©BELGA

Sven Mary reproche à François Molins d'avoir dévoilé une partie de l'audition de son client, ce qui constituerait une violation du secret de l'instruction.

Sven Mary, l'avocat de Salah Abdeslam, va déposer plainte, lundi, pour violation du secret de l'instruction contre le procureur de Paris François Molins, rapportent dimanche plusieurs médias. Il reproche à François Molins d'avoir dévoilé que Salah Abdeslam avait affirmé aux enquêteurs belges qu'il était bien présent lors des événements de Paris et "qu'il devait se faire exploser au stade de France mais qu'il avait fait machine arrière". Didier Reynders a confirmé dimanche l'information.

Ces déclarations devant la presse constituent, pour l'avocat belge, une violation des droits de son client.

Dérogation au secret de l'instruction

Il existe, en Belgique, une "dérogation au secret de l'instruction" qui permet à un procureur de faire le point, devant la presse ou le public, sur un dossier, a expliqué Pierre Chomé, professeur de droit pénal à l'ULB. "C'est bien entendu désagréable pour la défense mais espérer obtenir réparation dans ce cadre me paraît tout à fait illusoire", a-t-il ajouté. En d'autres termes, la plainte que compte déposer Sven Mary pourrait être un coup dans l'eau.

Selon Pierre Chomé, la plainte que compte déposer Sven Mary lundi pourrait par ailleurs être déposée en France et tournée directement vers l'Etat français dans le cas où le procureur de Paris bénéficierait, comme en Belgique, de l'immunité. 

Le ministre de l'Intérieur Jan Jambon a estimé que les informations dévoilées samedi par le procureur de Paris "ne facilite pas la vie et le résultat de l'enquête". 

Le ministre a indiqué sur RTL TVI avoir découvert ces derniers mois une "différence de culture" dans la manière dont les Parquets s'expriment sur les enquêtes en cours en France et en Belgique. "Nous sommes plus réservés car il ne faut pas mettre en danger l'enquête", a-t-il observé.  Sans dire que le procureur de Paris s'est exprimé, à son sens, trop largement, M. Jambon estime que le fait d'aller trop loin dans la divulgation de certaines informations peut nuire à l'enquête. "A un certain moment, cela peut aller trop loin, je ne dis pas que cela a été le cas maintenant mais il faut être prudent". 

 

Salah "vaut de l'or"

La prochaine étape de la procédure conduira mercredi Salah Abdeslam devant la Chambre du conseil qui statuera sur son maintien en détention. "Le mandat d'arrêt belge sera prolongé (mercredi) et l'enquête continuera", avait précisé Me Mary samedi, estimant qu'"il y a d'abord un dossier en Belgique, qui est à gérer et où il doit s'expliquer, et la remise à la France pourra être suspendue en attendant le développement de l'enquête en Belgique".

"Je dirais même que Salah Abdeslam vaut de l'or. Il collabore, il communique, il ne maintient pas son droit au silence."
Sven Mary
Avocat de Salah Abdeslam

Pour son avocat, Salah Abdeslam "est d'une importance capitale pour cette enquête". "Je dirais même qu'il vaut de l'or. Il collabore, il communique, il ne maintient pas son droit au silence. Je pense qu'il serait intéressant de laisser maintenant le temps au temps, pour que je puisse en parler avec lui, pour que les enquêteurs puissent parler avec lui", a-t-il dit à la RTBF.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés