L'Etat islamique revendique l'attentat des Champs-Elysées

©REUTERS

Une fusillade a éclaté jeudi soir sur les Champs-Elysées, tuant un policier et blessant deux autres "très sérieusement". L'auteur des coups de feu était fiché S et a été abattu. L'Etat islamique a revendiqué l'attaque.

Un policier a été tué et deux autres ont été blessés "très sérieusement" dans une fusillade qui a éclaté jeudi soir sur l'avenue des Champs-Elysées, à Paris. L'auteur des coups de feux a été abattu, a affirmé un porte-parole du ministère de l'Intérieur.

"L'agresseur est arrivé en voiture, est sorti. Il a ouvert le feu sur le car de police à l'arme automatique, a tué l'un des policiers et a essayé de s'en prendre aux autres en courant", a rapporté une source policière.

 

Attentat terroriste

Le groupe Etat islamique a revendiqué l'attaque via son agence Amaq.

→ La revendication. "L'auteur de l'attaque des Champs-Elysées dans le centre de Paris est Abu Yussef le Belge, et c'est un des combattants de l'Etat islamique", a déclaré l'EU dans un communiqué publié par son organe de propagande Amaq.

Or, selon des sources proches de l'enquête, l'agresseur abattu est un Français de 39 ans, qui faisait déjà l'objet d'une enquête antiterroriste. Cela pose donc la question de savoir s'il s'agit du même homme que celui nommé par l'EI.


Le profil de l'agresseur. "L'identité de l'attaquant est connue et a été vérifiée", selon le procureur de la République de Paris, François Molins. Mais il s'est refusé à la dévoiler, en raison des nécessités de l'enquête ouverte par le parquet antiterroriste.

L'homme était visé par une enquête antiterroriste pour avoir manifesté l'intention de tuer des policiers et avait été arrêté le 23 février, avant d'être remis en liberté par la justice faute de preuves suffisantes, selon des sources proches de l'enquête. Il avait été condamné en 2005 à quinze ans de réclusion pour tentatives d'homicide volontaire sur un policier, un élève gardien de la paix, et sur le frère de celui-ci, dans la région parisienne.

 

La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie et l'enquête confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ainsi qu'à la section antiterroriste de la brigade criminelle de Paris, a-t-on déclaré de source judiciaire.

 


La police comme cible

L'assaillant tué se trouvait à bord d'un véhicule qui s'est arrêté au niveau d'un camion de police et a ouvert le feuIl a ensuite tenté de tirer sur d'autres policiers en courant. Les policiers patrouillaient "en mission de sécurisation des Champs-Elysées", selon l'une des sources policières 

"Ce sont des policiers qui ont été délibérément pris pour cible."
Pierre-Henry Brandet
porte-parole du ministère de l'intérieur

Les motivations de l'individu sont encore inconnues, dit-on encore au ministère de l'Intérieur. "Pour savoir quelles étaient les motivations et ce qui a poussé cet individu à agir, il est beaucoup trop tôt encore pour le dire mais, en tout cas, ce sont des policiers qui ont été délibérément pris pour cible", a déclaré Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère, interrogé par BFM TV.

©EPA

Tous les événements de jeudi soir ont été annulés. Les candidats à la présidentielle Marine Le Pen et François Fillon ont également annulés leurs déplacements prévus vendredi. Le candidat des Républicains demande même que la campagne électorale soit suspendue. La circulation a été bloquée sur cette artère touristique du coeur de la capitale, bordée de boutiques de luxe et de restaurants. Sur Twitter, la préfecture de police a conseillé d'éviter le secteur.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés