La Belgique condamne les djihadistes à la pelle

©BELGA

La Belgique est le pays européen qui a le plus condamné des djihadistes en 2015, d'après Europol. 116 personnes ont écopé d'une moyenne de 6 ans de prison. Le Royaume-Uni et l'Espagne suivent au classement.

La Belgique a condamné 116 personnes pour terrorisme en 2015. Avec ce palmarès, notre petit pays réalise un record européen. Oui oui, c'est en Belgique qu'on a infligé le plus de peines à des djihadistes l'année dernière.

En 2015, 514 prévenus (dont 85 femmes) ont dû comparaître pour terrorisme dans 13 Etats membres de l'Union européenne, d'après le rapport annuel sur le territoire d'Europol (contre 444 en 2014 et 313 en 2013). Pour la première fois depuis 2008, il y a eu plus de jugements rendus dans le cadre de procès jugeant des actes terroristes pour djihadisme que pour séparatisme.

En Autriche (29), en Belgique (120), à Chypre (1), au Danemark (1) et en Suède (2), les citations à comparaître pour terrorisme ont tourné exclusivement autour de violences djihadistes, la plupart en lien avec les conflits en Syrie et en Irak. Pour les autres pays, les procès en matière de terrorisme avaient aussi trait à des mouvances d'extrême gauche, d'extrême droite ou séparatistes. Sur les 120 prévenus jugés en Belgique, 116 ont été condamnés (et quatre acquittés), dont 45 pour le seul procès ayant trait à l'organisation Sharia4Belgium. Les peines s'élevaient en moyenne à six ans de prison, comme la moyenne européenne.

Par ailleurs, 1.077 personnes ont été arrêtées l'an dernier dans le cadre d'enquêtes liées au terrorisme, contre 774 en 2014, et les chiffres augmentent encore, précise Europol. La plupart des arrestations ont eu lieu en France (424, dont 377 djihadistes), en Espagne (187) et au Royaume-Uni (134). Dans notre pays, ce chiffre atteint 61 personnes, dont 60 identifiées comme djihadistes. En comparaison aux années précédentes, le nombre de personnes de moins de 25 ans arrêtées dans le cadre de faits terroristes a augmenté, passant de 87 en 2013, à 178 en 2014 et à 268 en 2015. Le nombre de femmes arrêtées a également bondi de 96 en 2014 à 171 en 2015, mais la hausse est encore plus marquée lors d'arrestations spécifiquement liées à des idéologies djihadistes.

2/3
Près de deux tiers des personnes arrêtées sont des ressortissants de l'UE.

La lutte continue

Malgré ces chiffres, la lutte contre le terrorisme a encore de beaux jours devant elle en Belgique. Le gouvernement fédéral a annoncé ce mercredi la répartition des 50 millions d'euros restants sur les 400 millions débloqués en novembre pour lutter contre le radicalisme, l'extrémisme violent et le terrorisme.

• Plus de 23 millions d'euros sont consacrés au frais de justice complémentaires engendrés par les mesures prises contre le terrorisme et le radicalisme.
 21 millions d'euros sont attribués au déploiement de militaires en rue
, utile étant donné que le conseil des ministres a approuvé leur maintien jusqu'au 2 septembre.
• 2
 millions d'euros sont affectés aux Affaires étrangères pour la sécurité de l'administration centrale, mais aussi des différents postes diplomatiques, ainsi que pour l'envoi de soutien militaire pour ces postes.
• 13.805 euros ont été débloqués pour l'achat d'armes par le détachement des agents de protection assignés aux ambassades belges.

• 
500.000 euros ont également été consacrées à la mise en place d'un incubateur pour les aspirants entrepreneurs à Molenbeek, ainsi que pour la mise en place d'un système d'enregistrement efficace des victimes lors des situations de crise.
• 
Des fonds ont aussi été consacrés au renforcement des services des parquets, du centre de crise ou encore de l'OCAM.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés