La police britannique dit enquêter "clairement" sur un "réseau"

Perquisitions au domicile de Salman Abedi, l'auteur de l'attentat suicide de Manchester. ©Photo News

L'enquête avance sur l'attentat suicide à Manchester. On sait désormais que l'auteur était "connu" des services de sécurité et qu'il n'aurait pas agi seul. Trois individus ont été arrêtés en fin de matinée, la police est toujours à la recherche d'autres complices, dont celui qui a fabriqué la bombe.

La police britannique a dit mercredi qu'il était concernant l'attentat de Manchester qui a fait 22 morts lundi, confirmant que le kamikaze n'avait vraisemblablement pas agi seul. "Il est très clair que l'enquête porte sur un réseau", a déclaré à la presse le chef de la police de Manchester, Ian Hopkins, ajoutant que "quatre personnes" étaient actuellement en garde à vue dans le cadre de l'enquête.

C'est une source proche de l'enquête qui l'affirme. La police britannique est en ce moment-même à la recherche de complices du terroriste qui s'est fait exploser à la sortie de la salle de concert, dont le fabricant de la bombe. Il est "très clair que l'enquête porte sur un réseau" et que l'auteur de l'attentat de Manchester n'a pas agi seul, a déclaré dans la matinée la ministre britannique de l'Intérieur, Amber Rudd. Le chef de la police de Manchester, Ian Hopkins, a ajouté que "quatre personnes" étaient actuellement en garde à vue dans le cadre de l'enquête.

Invitée sur la BBC, la secrétaire au Home Office a confirmé que Salman Abedi était connu des services de sécurité britanniques avant son passage à l'acte lundi soir à la sortie d'un concert d'Ariana Grande à la Manchester Arena.

"Il s'agit de quelqu'un de nationalité britannique, d'origine libyenne, qui avait grandi en Grande-Bretagne et qui, tout d'un coup, après un voyage en Libye puis sans doute en Syrie, se radicalise et décide de commettre cet attentat", a déclaré le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb, sur BFMTV. "Il avait en tout cas des liens avec Daech qui sont avérés", ajoute-t-il.

Plus de fuites

La ministre a regretté au passage que des éléments de l'enquête aient fait l'objet de fuites à l'étranger et a indiqué que Londres avait clairement informé ses alliés que cela ne devait pas se reproduire. Seule l'identité du tueur présumé de la Manchester Arena a été divulguée par les autorités britanniques. Les éléments biographiques le concernant ont été diffusés notamment de sources proches des renseignements américains, citant leurs homologues britanniques.

©AFP

Londres avait annoncé mardi soir avoir porté l'état d'alerte terroriste du niveau "grave" au niveau "critique", une première depuis 2007, signifiant un risque d'attentat imminent. La Première ministre Theresa May avait alors annoncé des renforts de l'armée pour épauler la police, une mesure rarement mise en place. Des militaires ont commencé à se déployer à la mi-journée en mission de surveillance sur des lieux sensibles dans les grandes villes et pourraient aussi patrouiller dans des gares et aéroports, concerts et événements sportifs.

État critique

L'attentat a fait 22 morts et 59 blessés lundi soir lors d'un concert à Manchester. 20 personnes sont encore dans un état critique, selon un responsable des services de santé. "Nous avons affaire à des lésions d'organes majeurs, de graves blessures au niveau des membres", a-t-il expliqué.

La police de Manchester a identifié toutes les victimes. Les familles ont été mises au courant et sont assistées par des professionnels. Les noms des victimes seront communiqués dans quelques jours, lorsque l'examen des corps sera terminé.

©AFP

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés