Peines de prison pour avoir vendu des faux papiers à des djihadistes

©Photo News

14 personnes ont fait de faux papiers d'identité qu'ont utilisés des auteurs des attentats de Paris et de Bruxelles. Ils ont reçu des peines allant jusqu'à huit ans de prison.

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné, jeudi en fin de matinée, treize personnes à des peines allant de 3 à 8 ans de prison, certaines avec sursis, et une personne à une peine de travail, pour avoir conçu des faux papiers d'identité. Ces documents avaient entre autres servi à des terroristes, dont Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos djihadistes du 13 novembre 2015, à Paris, et Najim Laachraoui, l'un des deux kamikazes de l'aéroport de Bruxelles.

Le tribunal a estimé que Khalid L. était le dirigeant de l'organisation criminelle et a prononcé une peine de 8 ans de prison, assortie d'une amende de 60.000 euros à son encontre. Il a aussi condamné d'autres prévenus qui avaient exercé un rôle important dans l'organisation. Quant aux amendes pour ces condamnés, elles s'élèvent de 18.000 euros à 45.000 euros. Une dernière personne a écopé d'une peine de travail de 300 heures.

Dangereux, organisé et international

"Il s'agit d'un vaste trafic de faux papiers qui a provoqué des nuisances sociales et même représenté un danger car il a permis à des personnes impliquées dans des attentats terroristes de circuler, sans pouvoir être interpellées", indique le jugement. Le tribunal épingle aussi le caractère industriel de ce trafic, structuré, organisé et international, dans lequel les prévenus se sont impliqués à des degrés divers.

Tous les prévenus ont été condamnés pour avoir confectionné au total plus de 2.000 faux papiers, chacun ayant exercé un rôle différent, du faussaire à l'expéditeur. Ces faux documents d'identité, belges, espagnols, danois, etc. avaient été livrés dans toute l'Europe et même en dehors.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés