Salah Abdeslam était "prêt à refaire quelque chose" à Bruxelles

Didier Reynders, ministre belge des Affaires étrangères ©BELGA

Le seul survivant des commandos des attentats de Paris arrêté vendredi après quatre mois de cavale, a dévoilé lors de ses premières auditions qu'il voulait se faire exploser au Stade de France le 13 novembre dernier et qu'il était prêt à passer à l'action en Belgique.

Didier Reynders, le ministre belge des Affaires étrangères, a dévoilé certains éléments de l'enquête autour de Salah Abdeslam, le suspect-clé des attentats de Paris fin 2015. "Les premiers commentaires venant de Salah Abdeslam hier était qu'il voulait aller au Stade de France et qu'il allait se faire exploser, mais il ne l'a pas fait. Et l'autre information est qu'il était prêt à refaire quelque chose à Bruxelles", a déclaré Didier Reynders lors d'un colloque international organisé à Bruxelles par l'institut américain German Marshall Fund, qui a cité les propos du chef de la diplomatie belge dans un communiqué. "C'est sans doute la réalité car nous avons trouvé beaucoup d'armes lourdes durant nos investigations et nous avons vu un nouveau réseau graviter autour de lui à Bruxelles" a-t-il ajouté.

Salah Abdeslam, arrêté vendredi, a été formellement inculpé samedi de tentatives d'assassinats terroristes et de participation aux activités d'un groupe terroriste. Le procureur de Paris, François Molins, avait déjà dévoilé une partie du contenu des auditions de Salah Abdeslam ce qui a suscité la colère de son avocat, Sven Mary. Lors de ses deux auditions samedi-après-midi, Abdeslam a signifié à la juge d'instruction son refus d'être remis à la France.

Ce Français de 26 ans qui a grandi en Belgique apparaît également "comme ayant eu un rôle central dans la constitution des commandos du 13 novembre", en participant à l'arrivée de certains jihadistes en Europe, et "dans la préparation logistique des attentats". Il a acheté notamment le matériel nécessaire à la confection des ceintures explosives utilisées et loué le véhicule utilisé par le commando du Bataclan et un appartement en banlieue parisienne, a détaillé le procureur français.

Salah Abdeslam a été acheminé en ambulance dans la prison haute sécurité de Bruges (nord-ouest de la Belgique). Un complice, "le soi-disant Mounir Ahmed Alaaj, alias Amine Choukri", arrêté en même temps que lui, a été inculpé des mêmes chefs d'accusation a, lui, été placé en détention dans la prison de Lantin, à Liège, selon la RTBF.

Retour devant la justice mercredi

Abdeslam a été incarcéré dans une aile "de sécurité spéciale et individuelle" de la prison de Bruges, où sont notamment aussi emprisonnés Mehdi Nemmouche, l'auteur de l'attaque contre le Musée juif à Bruxelles en mai 2014, ainsi que les deux individus qui l'ont exfiltré de Paris vers Bruxelles au lendemain des attentats.

Il y attendra son audition de mercredi devant la Chambre du conseil, juridiction belge d'instruction qui statuera sur le mandat d'arrêt belge émis à son encontre.

Selon son avocat Sven Mary, "le mandat d'arrêt belge sera prolongé (mercredi) et l'enquête continuera".

"Il y a d'abord un dossier en Belgique qui est à gérer et où il doit s'expliquer, et la remise à la France pourra être suspendue en attendant le développement de l'enquête en Belgique", a déclaré l'avocat, un des ténors du barreau bruxellois sollicité par la famille Abdeslam pour le défendre.

"En ce qui concerne le mandat d'arrêt européen, puisqu'il y a un refus de remise, il (Salah Abdeslam) devra comparaître dans les quinze jours, à nouveau devant la Chambre du conseil", a-t-il affirmé.

C'est dans le cadre de ce mandat d'arrêt européen que la France souhaite son transfèrement à Paris. Une procédure "plus simple et plus efficace que l'extradition, puisqu'elle impose des délais brefs de traitement", a expliqué le ministère de la Justice français.

La décision définitive sur sa remise à la France doit ainsi intervenir dans un délai de 60 jours à compter de son arrestation, ou 90 jours s'il devait exercer un recours. Pour décider d'autoriser sa remise à la justice française, les magistrats belges ne devront pas examiner le fond du dossier mais uniquement statuer sur le respect de la procédure en vigueur.

La France a par ailleurs déployé 5.000 policiers supplémentaires pour "optimiser" les contrôles à ses frontières face à une menace d'attentat "extrêmement élevée", a annoncé samedi le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Interpol a conseillé à ses 190 pays membres une vigilance accrue aux frontières, car des complices pourraient être tentés de fuir.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés