Six perquisitions suite à l'attaque du Thalys

©BELGA

De nouvelles opérations ont été menées ce lundi par les services du parquet fédéral dans le cadre de l'enquête sur l'attaque avortée du Thalys, l'été dernier. Ni arme ni explosif n’ont été découverts, Six personnes ont été interpellées pour être ensuite relâchées.

Le parquet fédéral continue à faire son devoir d'enquête dans les différentes affaires de terrorisme qui ont secoué le pays. Après les perquisitions réalisées dans la nuit de vendredi à samedi derniers dans le cadre des attentats de Paris et de Bruxelles, plusieurs autres perquisitions ont été menées ce lundi.

Cette fois, c'est dans le cadre de l'instruction ouverte après la tentative d’attentat du 21 août 2015 sur le Thalys entre Amsterdam et Paris, que le juge d’instruction a fait exécuter 6 perquisitions. 4 endroits à Molenbeek ont été visés par les services de la police judiciaire alors qu'une perquisition a été menée à Woluwe-Saint-Lambert et une autre à Haren. Ni arme ni explosif n’ont été découverts. Aucun autre élément n'a été divulgué par le parquet fédéral.

Le communiqué du parquet indique également que les perquisitions se sont déroulées sans incident particulier. "En ce qui concerne les objets emportés et l’identité des personnes arrêtées, nous ne pouvons pas donner plus d’information à l’heure actuelle", souligne encore le communiqué. Six personnes ont été interpellées et emmenées pour audition. Elles ont été remises en liberté sans être inculpées, leur interpellation étant liée à de simples vérifications.

©Photo News

Pour rappel, Ayoub El Khazzani, le suspect de l'attaque du Thalys (à droite sur la photo), avait l'intention de commettre un attentant dans un train reliant les Pays-Bas à la France. Il était monté à bord du train à Bruxelles avec lui un fusil d'assaut AKM, 270 munitions et une bouteille de 50 cl contenant de l'essence. Trois jeunes militaires américains en vacances avaient alors réussi à maîtriser l'homme.

Le frère de "l'homme au chapeau" sous mandat d'arrêt

Ibrahim Abrini, le petit frère de "l'homme au chapeau" dans les attentats de Zaventem, a été placé sous mandat d'arrêt par la juge d'instruction Isabelle Panou.

L'homme avait été inculpé début mars dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris pour participation à une organisation terroriste. Son rôle dans la cavale de son frère Mohamed avait été mis en question mais il avait été laissé libre sous conditions.

Ibrahim Abrini a été convoqué ce matin dans le bureau de la juge et mis en détention pour "non respect des conditions des mesures alternatives". Le porte-parole du parquet fédéral précise que ce placement sous mandat d'arrêt n'a pas de lien avec la série d'interpellations du week-end.



 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés