Vos données dans le cloud?

Parallèlement à la percée du big data, une deuxième grande tendance se dessine aujourd’hui dans le monde des entreprises : le cloud computing.

Il s’agit cette fois de transférer l’informatique en dehors de l’entreprise. Le cloud computing couvre donc à la fois les logiciels, la capacité de stockage ou la puissance de calcul qui sont " loués " pour une période donnée. Avec des avantages évidents pour les PME. En matière de frais d’entretien, de configuration et de délai d’implémentation, le cloud computing permet de faire l’impasse sur de nombreuses difficultés en laissant la responsabilité au prestataire de services. L’obstacle financier des (gros) investissements de base est également remplacé par des montants périodiques, comme des mensualités facturées en fonction de la consommation. C’est l’une des raisons pour lesquelles Verachtert externalise une grande partie de ses données dans le cloud en vue de les analyser ultérieurement. " Sans quoi nous serions obligés d’acheter des systèmes distincts pour le stockage de données, alors que notre volume de données est en augmentation constante. Le cloud computing est donc financièrement avantageux dans notre cas ", explique Dimitri Rombouts.

Détail

On note ainsi qu’une PME comme Verachtert peut surfer simultanément sur les tendances du big data et du cloud computing. Les données sont chargées dans le cloud (dans la pratique un centre de données du fournisseur) et une datawarehouse (lisez : entrepôt de données) externe est constituée, servant de base à des analyses approfondies. Les analyses aussi sont donc externalisées.

Verachtert disposait déjà d’un système de planification des ressources, mais l’accent y était placé sur les données transactionnelles nécessaires au fonctionnement quotidien de l’entreprise, pas sur leur analyse. " Avec le nouveau système externe, nous voulions disposer de données commerciales plus détaillées. De plus, notre logiciel ERP était difficilement accessible pour les non-informaticiens, et trop limité dans ses fonctionnalités ", confie Dimitri Rombouts. Lorsque les analyses étaient réalisées chez Verachtert, c’était plutôt au niveau individuel, dans un logiciel Excel. On ne pouvait pas parler de véritable automatisation.

Un autre objectif était clair pour Verachtert : il fallait disposer de résultats plus rapidement. " Pour certains produits sensibles à la tendance, nous devons pouvoir prendre une décision très rapidement. Nous ne pouvions pas nous permettre de trop attendre pour savoir si le produit concerné était systématiquement rentable. À présent, tout va plus vite. "

Pour Verachtert, le cloud computing était une option non seulement parce que l’entreprise ne possédait encore aucune solution de gestion des données, mais aussi parce que le département informatique propre était extrêmement limité et que toute aide extérieure était la bienvenue. " Nous avons constitué un système de reporting en ligne basé sur les données de notre système ERP. Nous y avons consacré beaucoup de temps. L’accent a été placé sur les décisions qu’un manager doit prendre sur la base d’un rapport. L’aspect décisionnel a donc joué un grand rôle ", précise Rombouts. Verachtert ne disposait d’aucun système de reporting ciblé digne de ce nom auparavant.

Les paramètres qui ont été intégrés sont notamment le client, le produit, le représentant, le chiffre d’affaires, la marge et l’achat. " L’analyse des données et la business intelligence imposent des choix. Vous pouvez collecter et analyser de très nombreuses données, mais vous devez vous concentrer sur celles qui importent réellement. "

Un élément crucial de la business intelligence et des logiciels d’analyse est qu’ils ne sont pas uniquement tournés vers le passé, mais aussi vers le futur. " Outre un reporting détaillé, notre système BI calcule également des prévisions ou des tendances en matière de ventes, en fonction desquelles nous pouvons adapter nos stocks. Pour un grossiste, les stocks sont fondamentaux. Si les ventes de laine augmentent l’hiver, le système va suggérer d’accroître progressivement nos stocks ", explique Dimitri Rombouts. " À un certain moment, la PME doit cesser de se fier à son instinct et confier son sort à la technologie. Il convient d’opter pour une solution suffisamment flexible pour être compatible avec les évolutions à venir ", souligne Rombouts. " Avec le cloud computing, vous pouvez commencer à petite échelle et développer peu à peu votre système sans devoir vous inquiéter du hardware nécessaire ", souligne-t-il.

Vos données dans le cloud:

Le pour

  • L’investissement de base est limité. Vous payez un montant périodique.
  • Vous ne devez guère vous inquiéter de questions d’ordre technologique, comme la maintenance ou les mises à jour.
  • Une application en ligne est accessible de partout, y compris depuis l’étranger.
  • Vous pouvez démarrer à petite échelle et accroître peu à peu l’utilisation et le nombre d’utilisateurs.

Le contre

  • Le marché de l’analyse externe des données est encore limité. D’autres applications professionnelles (comme l’e-mail) sont déjà plus avancées.
  • Les entreprises qui analysent déjà toutes leurs données en interne ne voient aucune raison de transférer l’analyse dans le cloud.
  • La sécurité constitue une préoccupation supplémentaire.
  • Psychologiquement, la perspective d’externaliser les données rebute encore de nombreux chefs d’entreprises.
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés