billet

La fable du petit renard qui fait la nique au grand lion

Quand Leicester donne une leçon à Chelsea, ça donne des (bonnes?) idées...

Gary Lineker a intérêt à faire beaucoup d’abdos cet été. Pour les quelques incultes qui ne lisent que L’Echo et pas également L’Équipe, Gary Lineker est une ancienne gloire du football anglais, meilleur buteur de la Coupe du monde 1986, reconverti en star de la BBC, pour laquelle il présente chaque samedi soir la mythique émission Match of the Day, qui dissèque les journées de championnat de la Premier League anglaise.

Gary Lineker a fait les beaux jours de clubs huppés comme Everton, Tottenham, Barcelone et… Leicester, ville dont il est originaire et où il a commencé sa carrière, et où il a même une rue à son nom, rien que ça.

Le club végétait il y a peu en fond de classement et notre homme était même allé jusqu’à le renflouer de ses deniers personnels pour lui éviter la faillite.

Les "Foxes" de Leicester sont en train de réaliser le plus beau hold-up façon Robin des Bois de l’histoire du championnat anglais.

Il y a un an à peine, les Foxes, surnom de ce club de foot tentant d’exister dans une ville ne jurant que par le rugby, était bon dernier du championnat et promis à une descente dans la division inférieure. Mais au terme d’un sprint final héroïque, il avait sauvé sa peau, en misant cette saison sur le maintien dans la très lucrative Premier League.

Mais voilà, dans un monde du foot pourri par l’argent, la machine s’enraye parfois, si bien qu’aujourd’hui, Leicester compte sept points d’avance sur son dauphin à six journées de la fin et le titre lui tend les bras.

Face aux mastodontes que sont les grands clubs historiques, les Foxes sont en train de réaliser le plus beau hold-up — façon Robin des Bois — de l’histoire du championnat anglais, redonnant une véritable signification à l’expression "la grande incertitude du sport": en novembre dernier, ils se sont imposés à Chelsea, avec pour conséquence d’envoyer l’entraîneur José Mourinho et ses 22 millions d’euros d’émoluments annuels au chômage (enfin, tout est relatif). Mieux, il y a quelques semaines, Leicester écrabouillait les milliardaires de Manchester City chez eux, 1-3.

Comparatif de la valeur en transferts des 22 joueurs présents sur le terrain: 22 millions de livres pour Leicester contre… 220 millions pour Manchester City. Et encore, Kevin De Bruyne était blessé!

Chez les Foxes, entraînés par le rusé (normal, pour un renard) Claudio Ranieri — lui-même viré l’année dernière du banc de l’équipe nationale grecque après une défaite à domicile contre… les Iles Féroé!! — on ne se prend pas la tête. L ‘équipe est composée d’illustres inconnus comme Ryad Mahrez, qui jouait il y a deux ans au Havre, en division 2 française, ou l’avant-centre Jamie Vardy, caricature du footeux anglais à l’ancienne: coureur à pied un peu bas du front parlant avec un accent de Sheffield à couper au couteau, qui végétait quelques saisons plus tôt en cinquième division. Il est aujourd’hui meilleur buteur du championnat.

Et bardaf, voilà nos pieds nickelés au bord du titre!

À telle enseigne que la presse anglaise révélait il y a peu que les grands clubs européens seraient en train de plancher sur une formule qui leur garantirait une place en Ligue des Champions chaque saison, suivant leur budget et non leurs résultats, afin que certains, comme Manchester United, Liverpool, Chelsea ou Milan AC ne soient pas recalés comme ce sera le cas la saison prochaine.

C’est un nouveau pas — on prend les paris? — vers une dérégulation totale, qui touchera un jour les équipes nationales, bientôt autorisées à transférer elles aussi des joueurs. Avec quelques biffetons sous la table, gageons que la Fifa se montrera conciliante, afin que le Qatar soit champion du monde en 2022, avec Messi, Neymar, Hazard et consorts dans son équipe, ces joueurs pouvant être à nouveau sacrés quelques années plus tard, sous vareuse chinoise, cette fois-ci.

Les supporters de Liverpool se sont récemment plaints de l’augmentation drastique des places dans leur stade d’Anfield, et ont obtenu gain de cause, mais pour combien de temps? Le foot n’est plus depuis longtemps une affaire de supporters, mais un spectacle relevant uniquement de l’entertainment.

Serait-on en train de trucider la poule aux œufs d’or, surtout quand Messi place les œufs en question dans des paradis fiscaux?

Mais il y a au moins une bonne nouvelle, en tout cas pour les admiratrices de Gary Lineker: en décembre dernier, le présentateur de Match of the Day avait promis de présenter la première émission de la saison prochaine… en sous-vêtements, si jamais Leicester devenait champion cette année.

Bref, Gary Lineker a intérêt à faire beaucoup d’abdos cet été.

Pas sûr que Marc Wilmots promette la même chose si les Diables remportent l’Euro 2016.

Messages sponsorisés