Comment a-t-on pu en arriver à cette situation chez Veviba?

©BELGA

Alors que la Fédération wallonne de l'agriculture et le Boerenbond ont décidé de se porter parties civiles ce dimanche, dans le cadre de l'affaire Veviba, les patrons de l'Afsca seront entendus en commission Santé de la Chambre ce lundi.

Comment a-t-on pu en arriver à cette situation chez Veviba alors que des plaintes avaient déjà été introduites en septembre 2016 ? La question sera posée ce lundi aux représentants de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire, Afsca. La présidente, Muriel Gerkens (Ecolo) a en effet convoqué la commission Santé de la Chambre. Les ministres de la Santé et de l'Agriculture, Maggie De Block et Denis Ducarme seront également présents. 

Les commissions de l'Économie et de l'Agriculture du parlement de Wallonie se réuniront, elles, conjointement mardi après-midi. A l'ordre du jour: Quelles "conséquences d'un retrait d'agrément de la société VeViBa"?

De son côté, la Fédération wallonne de l'agriculture (FWA) et le Boerenbond vont se porter parties civiles à la suite des cas de fraudes détectés dans les abattoirs de Veviba à Bastogne.

"Les acteurs de la grande distribution et de la transformation de viande sont sur la même longueur d'onde."
Yvan Hayez
Secrétaire général de la FWA

La FWA regrette que la "fraude économique" et sanitaire découverte chez Veviba jette un discrédit "sur l'ensemble de la chaîne" de la viande, entraînant pour les éleveurs un risque de "conséquences économiques majeures" alors que le secteur est déjà en difficulté, souligne son secrétaire général Yvan Hayez. Pour cet organisme, le scandale doit être "mis à profit" pour réformer les normes et contrôles, et instituer de "nouvelles pratiques transparentes", tant au niveau de l'ensemble des abattoirs que du commerce de bétail en général. "Les acteurs de la grande distribution et de la transformation de viande sont sur la même longueur d'onde", a assuré Yvan Hayez.

Cette affaire doit également être l'occasion, selon lui, de réfléchir à une évolution du fonctionnement de l'Afsca (Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire) "afin de détecter les choses en amont", pour les matières sanitaires, et également pour les cas de fraude économique. Un avis partagé par Ecolo, qui a réclamé ce dimanche une "profonde réforme" de l'Afsca.

Quant à Veviba, la FWA prend complètement ses distances avec la direction mais rappelle que l'infrastructure bastognarde reste un outil important pour le secteur dans la région.

Enfin, le ministre de l’Agriculture, Denis Ducarme, a déclaré ce dimanche vouloir mettre en place des assises "qualité et respect" à la suite de l’affaire Veviba. Il lancera une proposition en ce sens mardi au cours d’une réunion de concertation de la chaîne de la filière viande (de l’éleveur à la distribution).

Lourde facture

La filière bovine wallonne tout entière risque de payer la facture de la crise ouverte jeudi après la découverte des fraudes pratiquées dans les installations de la société Veviba à Bastogne.

Le secteur compte quelque 10.000 éleveurs au sud du pays et une bonne part d’entre eux travaillent pour le groupe Veviba, qui exploite des abattoirs ainsi que des centres de découpe et qui engraisse aussi ses propres bêtes. Veviba, qui appartient à la famille Verbist, de la région d’Izegem, a une part de marché d’environ 30% à l’échelle belge.

"Les éleveurs wallons sont sans doute moins de 3.000 à travailler pour le groupe, estime Marie-Laurence Semaille, qui est responsable du secteur Viande à la Fédération wallonne de l’agriculture (FWA), mais l’ensemble de la filière est impacté. Car il y a des dégâts collatéraux. Songez à la perte de confiance des consommateurs vis-à-vis d’un secteur qui est déjà en difficulté suite à la succession des scandales passés: dioxine, vache folle, etc. Il y a eu de gros problèmes sur l’aval de la filière et cela retombe à chaque fois sur les éleveurs." Selon des producteurs eux-mêmes, ils seraient en tout cas plusieurs centaines à fournir Veviba à Bastogne.

Verbist, c'est aussi la maltraitance animale

Rappelez-vous. La firme Verbist, maison-mère de Veviba, avait déjà fait l'objet d'un autre scandale, il y a quelques mois. Coups, chocs électriques et égorgements sans étourdissement. Voilà les pratiques qui ont été filmées par caméra cachée à l'abattoir Verbist à Izegem (Flandre orientale). A l'époque déjà, Colruyt et Delhaize avaient dit "prendre leur distance".

→ Rappel de cet autre scandale ici

Les éleveurs ne comprennent pas

Christian Bleret, éleveur à Recogne, est directement touché. Il opère dans la filière qui alimente le groupe Colruyt, mais en passant par les installations de Bastogne. Autrement dit, ses bêtes sont abattues par Veviba, puis vont à la découpe chez Colruyt. "Je n’ai qu’un seul client, dit-il. Si Colruyt cesse de coopérer avec Veviba, ce sera grave. Il faudra peut-être chercher un débouché ailleurs, alors que le marché est saturé."

Autre souci, le bien-être animal est davantage sauvegardé quand le trajet vers l’abattoir est court. Son élevage est situé à 4 km de l’abattoir de Bastogne; s’il doit se rediriger vers ceux de Ciney ou Liège, le kilométrage va grimper. Comme nombre de ses collègues, Christian Bleret n’a pas vu venir le problème chez Veviba: "J’ai du mal à comprendre comment ces manquements ont pu être perpétrés, parce qu’il y a des vétérinaires de l’Afsca dans toute la chaîne et ce, dès l’abattage. Comment cela a-t-il été possible?"

"J’ai du mal à comprendre comment ces manquements ont pu être perpétrés, parce qu’il y a des vétérinaires de l’Afsca dans toute la chaîne."
Christian Bleret
éleveur

Même incompréhension chez Christian Son, éleveur spécialisé dans les taureaux. "Les gens viennent du monde entier en Belgique pour voir comment fonctionne notre système de traçabilité et comment opère l’Afsca, souligne-t-il. On est à la pointe au niveau international, et puis on découvre un problème de cette ampleur… Nous, éleveurs, nous faisons notre job, nous développons des produits de qualité. Quand je voyage à travers l’Europe, je me rends compte combien en Belgique, les agriculteurs font du haut de gamme. Ici, les exigences de traçabilité sont élevées, on renseigne tout, jusqu’à la quantité d’engrais organique et minéral pour chaque parcelle…"

"La plus belle garantie que je puisse donner, ajoute-t-il, c’est que je mange ce que je produis! Et puis on prend cette affaire en pleine figure!" Christian Son vend lui-même ses bêtes à un marchand, qui les revend à Veviba et à d’autres opérateurs. "Il existe différents canaux pour amener les bêtes à l’abattoir", explique-t-il. Le groupe Veviba les redistribue également entre ses quatre abattoirs en fonction des catégories de poids, etc., de sorte que certains éleveurs ne savent pas toujours quelle destination prendront leurs bêtes.

©REUTERS

Distributeurs solidaires?

Les différents éleveurs contactés sont unanimes sur ce point: dans cette affaire, ils sont victimes de faits dans la survenance desquels ils n’ont aucune responsabilité. "Nous espérons que l’impact de celle-ci sera modéré et qu’une certaine solidarité naîtra à travers la chaîne, déclare Marie-Laurence Semaille à la FWA. J’espère que le secteur aval n’en profitera pas pour encore abaisser les prix."

©REUTERS

Dans le même ordre d’idées, Christian Bleret en appelle à la créativité de la grande distribution. "Les distributeurs pourraient contribuer à trouver une solution, suggère-t-il. Ils pourraient s’approvisionner en direct chez les éleveurs, alors qu’actuellement, c’est surtout la société exploitant l’abattoir qui orchestre les choses. Dans le nouveau système, l’abattoir n’agirait plus que comme sous-traitant dans la relation entre le distributeur et l’éleveur. On renverserait les rôles, en somme. Cela se fait déjà à plus petite échelle: des boucheries franchisées achètent directement les bêtes aux producteurs, avant d’en sous-traiter l’abattage."

Si aucune solution ne se dégage et que les autorités prennent des mesures draconiennes à l’encontre de Veviba, ou si la décision de Delhaize de couper définitivement les ponts avec le groupe d’Izegem est également adoptée par d’autres grands distributeurs, la situation risque de devenir délicate. Remplacer du jour au lendemain le principal opérateur du marché dans l’abattage semble une mission quasi impossible. Cela provoquerait "un séisme" dans le secteur, estime Christian Son. Ce n’est toutefois pas l’avis de la Febev, la Fédération belge de la viande. Selon elle, les autres abattoirs du pays "disposent d’une capacité suffisante pour approvisionner les supermarchés malgré la suppression des produits du groupe Verbist".

"Nous comptons sur l’Afsca et sur les autorités politiques pour résoudre la crise au plus vite", conclut Christian Bleret. À la FWA, on fait observer que, de très alarmiste au départ, le message diffusé suite à la découverte des fraudes à Bastogne l’est devenu de moins en moins au fil des heures. Elle ajoute que les négociations en cours entre l’Union européenne et le Mercosur américain risquent d’ouvrir encore davantage notre marché à des viandes étrangères, ce qui n’arrangera pas les choses sur le plan de l’offre, déjà plus qu’abondante.

©BELGA

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content