interview

"Nous guérirons Alzheimer, si nous sommes assez nombreux à chercher"

©Debby Termonia

Vaincre Alzheimer est, selon Bart De Strooper, directeur de l’Institut de recherche UK Dementia, de l'ordre du possible. Il estime que 600 millions à 1 milliard de dollars sont nécessaires pour développer un médicament.

Le cerveau est l’organe le plus complexe du corps humain. Les scientifiques savent encore peu de choses sur le fonctionnement de nos millions de cellules grises. Comment vieillissent-elles? Cela fait trente ans déjà que Bart De Strooper tente de percer le mystère. Depuis janvier, il est directeur de l’Institut de recherche UK Dementia, à Londres. La démence, une maladie associée au vieillissement, est son terrain d’action. Alzheimer, l’une des maladies cérébrales relevant de la démence, est sa spécialité.

Bart De Strooper est convaincu que tôt ou tard, nous guérirons cette maladie. Et de manière plus générale, la démence. "À condition d’être assez nombreux à chercher." L’an dernier, les Britanniques se sont présentés à lui de manière inattendue. David Cameron, alors Premier ministre du Royaume-Uni, a débloqué 250 millions de livres (284 millions d’euros) pour la création d’un institut flambant neuf dédié à la recherche d’un médicament contre la maladie d’Alzheimer. "This would be the perfect job for you", lui a-t-on alors suggéré. Flatté et attiré par une herbe plus verte, Bart De Strooper s’est lancé dans l’aventure.

Une somme de 250 millions de livres pour la recherche est considérable. Un rêve qui devient réalité?
Jamais dans ma carrière je n’ai vu un tel budget alloué à la recherche contre la démence. Pour autant, le défi est de taille. Honnêtement, je l’avais même sous-estimé. Je repars d’une page blanche.

1 milliard de dollars
Budget de la recherche
Selon Bart De Strooper, entre 600 millions et 1 milliard de dollars sont nécessaires pour développer un médicament.

Quel est l’objectif? Un médicament contre la maladie d’Alzheimer?
C’est ce que l’on attendait de moi initialement. Mais je les ai mis en garde: cela ne sera pas possible avec un budget aussi "réduit". À Londres, ce genre de réponse ne plaît guère mais elle a malgré tout été entendue. En réalité, 600 millions à 1 milliard de dollars sont nécessaires pour développer un médicament. Et malgré cela, on aurait tort de croire qu’un remède sera trouvé à toutes les maladies neurodégénératives.

Que peut-on raisonnablement espérer?
Le financement de la recherche de nouvelles cibles pour les médicaments. Nous savons déjà que les maladies cérébrales comme l’Alzheimer, la maladie de Parkinson, la SLA (maladie de Charcot) et la maladie d’Huntington ont une base commune: elles provoquent des modifications biochimiques au niveau cérébral avant même qu’apparaissent les symptômes.
Nous avons compris qu’il ne servait à rien de se concentrer sur ces modifications biochimiques lorsque la démence survient. C’est déjà trop tard. Nous commençons à comprendre comment les cellules qui interviennent dans la défense du cerveau contre des substances étrangères s’activent et développent une réaction d’inflammation. Il faudra encore déterminer avec davantage de précision ce qui se passe exactement à ce stade précoce, afin de pouvoir prévenir la démence.

"Nous avons compris qu’il ne servait à rien de se concentrer sur les modifications biochimiques lorsque la démence survient. C’est déjà trop tard."

Ce serait merveilleux!
De nombreux quinquagénaires et sexagénaires présentent une affection dégénérative mais n’en souffrent pas. Le cerveau est hyperflexible, il peut s’accommoder de la présence de substances nocives et continuer de fonctionner normalement. Ce qui signifie que nous avons largement le temps d’intervenir. Si nous pouvons renforcer les mécanismes présents, nous pourrons reporter l’apparition de la démence de nombreuses années.

Vous espérez une percée?
J’aimerais faire un pas important en avant. J’implique un maximum de personnes pour augmenter nos chances de trouver. Si nous développons de nouvelles solutions, l’industrie pharmaceutique sera disposée à investir à nouveau dans la lutte contre la démence.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content