29 millions de véhicules diesel "sales" en Europe

©IMAGEGLOBE

Un an après le scandale Volkswagen, un rapport démontre que près de 29 millions de véhicules diesel circulant en Europe dépassent les normes en matière d'émissions d'oxydes d'azote. Tous les constructeurs sont épinglés.

Pour "célébrer" l'anniversaire du scandale Volkswagen, l'ONG européenne Transport & Environnement (T&E) a publié une étude au constat alarmant, qui pointe du doigt tous les constructeurs automobiles. Alors que la marque allemande a été épinglée il y a tout juste un an pour l'usage de logiciels truqueurs destinés à manipuler les tests de mesures d'émissions de gaz polluants, il s'avère que près de 29 millions de véhicules équipés de moteurs diesels circulant en Europe émettent bien plus de gaz polluants que la limite autorisée.

1,38 million
Le nombre de véhicules Euro 5 et Euro 6 circulant sur les routes belges qui dépassent les limites en vigueur.

"L'échec de la mise en place de sanctions contre VW en Europe n'est que le sommet de l'iceberg du Dieselgate", estime l'ONG.

Pour évaluer les performances des véhicules, T&E a consulté les données portant sur 230 modèles, regroupant à la enquêtes menées par les gouvernement français, britannique et italien et des bases de données publiques.

"L'industrie automobile a pris en otage ses régulateurs, et les Etats européens doivent maintenant résister au nom de leurs citoyens et arrêter de scandaleusement étouffer".
Greg Archer
Responsable "véhicules propres" à Transport & Environnement

Le moins que l'on puisse dire, ce que les résultats sont accablants: plus de 80% des véhicules vendus aux normes Euro 5, c'est-à-dire entre 2010 et 2014, dégagent trois fois plus d'oxydes d'azote (le fameux gaz NOx) que la limite autorisée lors des tests en laboratoire. Pour rappel, les émissions de NOx sont responsables de la mort de 72.000 Européens par an, souligne T&E. 

Du côté des véhicules aux normes Euro 6, c'est-à-dire vendus depuis 2015, deux tiers d'entre eux émettent jusqu'à plus de trois fois la limite fixée.

La Belgique concernée

69% des "voitures sales" ont été vendues en France, en Allemagne, en Italie et au Royaume-Uni. Mais la Belgique n'est pas en reste: l'association a recensé près d'1,38 millions de véhicules polluants sur nos routes, normes Euro 5 et Euro 6 confondues. C'est que les Belges sont de gros amateurs de moteurs diesels. 

Chez, nous sont principalement les voitures Euro 5 qui posent problème: elles sont 1,18 millions à circuler chez nous. 

Les pires pollueurs

Sur le podium des constructeurs dont les modèles franchissent le plus les limites, la française Renault-Dacia se voit affublée du bonnet d'âne pour les véhicules Euro 5, avec des engins qui présentent des émissions sur routes près de huit fois supérieures à la limite fixée pour les tests en laboratoire. 

Suivent Land Rover, Hyundai, Opel-Vauxhall (dont Chevrolet, autre marque du groupe GM) et Nissan. Toutes ces marques affichent un bilan pire que celui de Volkswagen, qui s'en sort même plutôt bien pour les véhicules Euro 6

Dans cette catégorie-là, Fiat fait fort: certains des véhicules de la marque italienne (ainsi que de la marque Alfa Romeo et de Suzuki, à qui Fiat fourni des moteurs) dépassent jusqu'à 15 fois les normes fixées en laboratoire en matière de gaz polluants. Renault-Dacia-Nissan suit (14 fois plus d'émissions), puis Opel-Vauxhall et Hyundai.

Volkswagen reste malgré tout la marque qui, depuis 2010, a le plus inondé le marché européen de voitures ne respectant pas les normes, avec plus de 4 millions de véhicules litigieux vendus. Elle est suivie par Renault et Citroën. 

Les gouvernements mis en cause

Greg Archer, en charge des véhicules propres pour T&E, déplore la "connivence" des gouvernements avec les constructeurs.

Le mois passé, la "commission Royal" mise en place par le ministère de l'Environnement français pour évaluer les performances de véhicules était, par exemple, épinglée par le Financial Times pour avoir  omis de communiquer des informations importantes sur les résultats de certains véhicules Renault

"L'industrie automobile a pris en otage ses régulateurs, et les Etats européens doivent maintenant résister au nom de leurs citoyens et arrêter de scandaleusement étouffer" la situation, déclare Greg Archer dans le rapport.

C'est qu'en Europe, les Etats membres sont responsables de l'homologation des modèles des voitures. Et une fois celle-ci accordée, elle vaut d'ans l'ensemble des 28 pays membres. L'Allemagne a, par exemple, régularisé 14 des 50 véhicules identifiés comme les plus polluants en matière de NOx.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content