Amende à un milliard pour VW en Allemagne

©AFP

VW a écopé d’une amende d’1 milliard d’euros du parquet de Brunswick. De quoi clôturer l’enquête et "aller de l’avant" suite au scandale diesel.

Le groupe Volkswagen  a annoncé ce mercredi après-Bourse avoir accepté de payer une amende d’un milliard d’euros en Allemagne. Le groupe indique de cette manière reconnaître "sa responsabilité" dans le dossier des moteurs diesel truqués. Le parquet de Brunswick "a mis en évidence des manquements au devoir de surveillance" au sein de l’entreprise et "ordonné à Volkswagen le paiement d’une amende", indique le groupe ajoutant que le constructeur "accepte l’amende et ne déposera pas de recours".

"Volkswagen accepte l’amende et ne déposera pas de recours"
Volkswagen

L’amende met fin à la procédure réglementaire engagée contre Volkswagen qui dit s’attendre à ce que cette issue facilite la conclusion d’autres procédures administratives qui le visent en Europe. L’amende survient près de trois ans après le début du scandale. L’entreprise a reconnu que 10,7 millions de véhicules avaient été équipés du logiciel. L’affaire lui a déjà coûté plus de 25 milliards d’euros en procédures de rappel, actions en justice et provisions.

Aux Etats-Unis Volkswagen a indemnisé les clients. Cette amende en Allemagne fait suite à l’arrangement conclu par le constructeur aux Etats-Unis en janvier 2017, quand il s’était engagé à payer une pénalité de 4,3 milliards de dollars (3,6 milliards d’euros) pour mettre fin à des enquêtes au civil et au pénal.

Pour rappel, plusieurs associations de consommateurs, comme Test-Achats en Belgique, poursuivent VW en Europe et estiment que les clients des véhicules impliqués ont droit à un dédommagement. Chez Volkswagen on s’est toujours protégé en indiquant que les consommateurs particuliers européens n’avaient pas eu à subir de préjudice financier. D’actuels et d’anciens hauts responsables du groupe restent d’ailleurs l’objet d’enquêtes en Allemagne et aux Etats-Unis. "De nouvelles mesures sont nécessaires pour restaurer la confiance dans l’entreprise et l’industrie automobile", a rajouté Herbert Diess, patron du groupe.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content