Quand Volkswagen se fait humilier à Genève

©Youtube

Le constructeur allemand a été victime d'un canular signé Simon Brodkin. L'humoriste, qui s'était précédemment attaque à Sepp Blatter, a interrompu la présentation d'un nouveau modèle de la marque allemande. Le temps d'installer un logiciel espion et de ruiner la tentative de reconquête de VW.

Simon Brodkin a remis le couvert. Le comédien anglais passé à la postérité pour avoir jeté des liasses de billets à la figure de l'ancien patron de la Fifa, Sepp Blatter, a changé de cible. Cette fois, c'est Volkswagen qui a été visée. Le constructeur automobile présentait ce mardi un nouveau modèle lors du très médiatique salon de Genève. Le terrain de jeu idéal pour l'humoriste britannique et son personnage fétiche, Lee Nelson.

Alors que Jürgen Stackmann, influent membre du conseil d'administration de la marque allemande, venait de commencer son discours de présentation devant des centaines de spectateurs, Simon Brodkin est apparu déguisé en ouvrier VW. A l'aide d'une clé à molette et d'une bonne dose de dérision, il est a coupé l'herbe sous les pieds de Jürgen Stackmann, "le temps de terminer d'installer un logiciel espion" à la voiture, genoux à terre et la tête sous le moteur.

Simon Brodkin humilie Volkswagen

Moins d'une minute plus tard, c'est entouré de deux agents de sécurité que Brodkin a quitté la scène, créant un malaise général, entrecoupé par la remarque un peu gauche de Jürgen Stackmann: "cette voiture n'a pas besoin de réparation, c'est une voiture parfaite." Trop tard. Le mal était fait et le coup clairement réussi. Volkswagen, qui tente tant bien que mal de faire oublier le scandale des moteurs truqués, s'est fait prendre au jeu du trublion des scandales.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content