Audi soupçonné d'une nouvelle fraude sur 60.000 véhicules

©REUTERS

Le constructeur automobile Audi, marque du groupe Volkswagen déjà empêtré dans le scandale du "dieselgate", est soupçonné d'avoir manipulé des dizaines de milliers de véhicules supplémentaires pour contourner des normes écologiques...

Est-ce un nouveau volet du dieselgate?  La KBA, l'autorité de tutelle du secteur automobile allemand, enquête pour déterminer si les modèles diesel A6 et A7 d'Audi ont été équipés d'un dispositif jusqu'ici inconnu destiné à contourner les tests antipollution.  L'agence fédérale de l'automobile "a lancé une enquête suite à des soupons de manipulation des véhicules de modèles A6/A7, environ 33.000 véhicules sont touchés en Allemagne et environ 60.000 en tout", selon cet organisme.

L'agence n'a pas indiqué si elle envisageait ou non des rappels de ces voitures.

Selon le journal allemand der Spiegel, la fraude concerne le système antipollution AdBlue, un liquide qui "aspire" le dioxyde d'azote (NO2).

♦ Où y aurait-il fraude? Le système de gestion du moteur ferait en sorte que ce liquide, onéreux, soit injecté en moindre quantité dans le pot catalytique pour en limiter la consommation entre deux inspections techniques. Il en résulterait de plus fortes émissions de gaz polluants, selon Der Spiegel.

Les constructeurs allemands Daimler et Volkswagen, la maison-mère d'Audi, avaient déjà été menacés en février par les autorités de rappels massifs, suite à la découverte de manipulations sur leur dispositif AdBlue. La justice allemande a perquisitionné en février et en avril les domiciles et les lieux de travail d'employés d'Audi en Allemagne, dans le cadre du vaste scandale dit du "dieselgate", qui secoue le secteur depuis 2015.

Audi, qui doit tenir mercredi son assemblée générale annuelle, a déclaré qu'il s'exprimerait ultérieurement sur les nouveaux soupons de la KBA.

Le dieselgate

Volkswagen a reconnu à l'automne 2015 avoir équipé 11 millions de ses voitures diesel, dont environ 600.000 aux Etats-Unis, d'un logiciel capable de fausser le résultat des tests antipollution et dissimulant des émissions dépassant parfois jusqu'à 40 fois les normes autorisées.

Ce scandale a déjà coûté au constructeur plus de 25 milliards de dollars en rappels de véhicules et procédures judiciaires.

©Thomas De Boever

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content