"Cela ne se fera pas sans douleur", Audi Brussels s'inquiète

©REUTERS

Le nouveau président du directoire Matthias Müller, laisse pour la première fois entrevoir des réductions d'effectifs et annonce une révision des investissements prévus.

Le scandale dans lequel est empêtré le groupe Volkswagen va-t-il avoir des répercussions sur l'usine bruxelloise d'Audi? La question se pose plus que jamais à l'heure où le nouveau patron du groupe, Matthias Müller, annonce que chaque projet d'investissement prévu sera examiné et l'impact sur l'emploi analysé.

La belgique espère toujours un plan d'investissement de 600 millions d'euros pour Audi Brussels. L'usine doit en effet se transformer en vue de de l'arrivée de nouveaux modèles électriques. En septembre dernier, régions et Etat fédéral avaient même fait part de leur soutien financier à l'usine. Mais aujourd'hui, des craintes surgissent.

Faire Face

Volkswagen s'apprête à connaître des changements qui ne seront pas sans douleur, a prévenu mardi le nouveau président du directoire Matthias Müller, laissant pour la première fois entrevoir des réductions d'effectifs à la suite du scandale des émissions polluantes.

"Des solutions techniques aux problèmes rencontrés sont en vue. Cependant, les conséquences sur l'activité et les finances ne sont pas encore claires", a dit Matthias Müller, selon un compte-rendu fourni par Volkswagen de son intervention devant le personnel au siège du groupe à Wolfsburg.

Volkswagen emploie 60.000 personnes dans la région de Wolfsburg dans le Land de Basse-Saxe. Audi Brussels emploie environ 2.500 personnes.

"En conséquence, nous réexaminons tous les projets d'investissements. Tout ce qui n'est pas nécessaire de manière urgente sera abandonné ou reporté", a-t-il ajouté. "Et en conséquence, nous allons ajuster notre programme d'efficacité. Je vais être très transparent: cela ne se fera pas sans douleur."

Auparavant, Bernd Osterloh, président du conseil d'entreprise du groupe, avait annoncé que Volkswagen allait "devoir remettre en question, avec une grande détermination, tout ce qui n'est pas économiquement viable."

Le scandale des émissions aura un impact sur les résultats financiers de la division automobile ainsi que sur les primes distribuées aux salariés, a ajouté Bernd Osterloh.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés