Derrière le scandale VW, l'inaction de la Commission européenne

©REUTERS

Des fonctionnaires de l'UE seraient à l'origine de l'éclatement du scandale Volkswagen. Ils étaient frustrés que la Commission européenne, pourtant au courant, n'agisse pas. Ils se seraient alors tournés vers l'ONG qui a pu mettre la tricherie antipollution au jour.

Ce sont des fonctionnaires européens qui ont alerté une ONG et ainsi été à l'origine des révélations sur les moteurs truqués de Volkswagen, a révélé dans la presse allemande la chef de l'autorité californienne de l'environnement CARB.

"Ce sont des fonctionnaires de l'administration de l'UE qui ont alerté l'organisation environnementale américaine ICCT sur de possibles tricheries aux émissions d'oxydes d'azote", a déclaré Mary Nichols à l'hebdomadaire économique allemand WirtschaftsWoche.

Comment cela s'est-il passé?

Antonio Tajani, l'ancien commissaire à l'industrie. ©Photo News

Selon le magazine WirtschaftsWoche, la Commission européenne était au courant depuis 2011 de manipulations dans les mesures d'émissions chez plusieurs constructeurs automobiles, l'un d'entre eux ayant prévenu les services du commissaire à l'Industrie de l'époque, l'Italien Antonio Tajani.

Selon le WirtschaftWoche, les fonctionnaires mis au courant étaient "si frustrés de l'inaction de la Commission" qu'ils se sont tournés vers l'ICCT.

C'est par le truchement de cette ONG, qui a fait effectuer une série de mesures puis prévenu les autorités américaines compétentes, que l'affaire des moteurs truqués a éclaté en septembre de cette année.

  • Volkswagen a avoué avoir équipé 11 millions de moteurs diesel d'un logiciel truqueur capable de fausser les résultats de tests antipollution. Pendant des années les voitures concernées ont rejeté dans l'atmosphère beaucoup plus d'oxydes d'azote (Nox) nocif pour la santé que prévu.
La commissaire européenne à l'industrie, Elzbieta Bienkowska. ©REUTERS

"Si cette information est confirmée, cela signifie que l'ancien et l'actuelle commissaires à l'industrie, respectivement M. Tajani et Mme (Elzbieta) Bienkowska, ont maquillé les faits et ont sciemment menti devant le Parlement européen", ont réagi dans un communiqué deux eurodéputés verts, Yannick Jadot et Karima Delli.

©© Carsten Rehder/dpa/Corbis

Les ventes de l'allemand Volkswagen se sont repliées de 3,5% en octobre, un chiffre publié vendredi qui reflète les premiers effets du scandale des moteurs truqués, notamment sur la marque VW, mais aussi la conjoncture difficile sur plusieurs marchés. Le groupe aux 12 marques a vendu 831.300 voitures le mois dernier, 3,5% de moins qu'en octobre 2014, selon un communiqué.

VW, la marque la plus importante en volume, a accusé un recul de ses ventes de 5,3% en octobre, à 490.000. Le Brésil et la Russie sont les deux points noirs pour le groupe, sur fond de crise économique.


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content