Deux avocats belges s'attaquent à Volkswagen

©Bloomberg

Les avocats Geert Lenssens et Laurent Arnauts lancent deux procédures-pilote contre Volkswagen Allemagne, l’une pour les consommateurs privés, l’autre pour les entrepreneurs et les entreprises. L'idée est de faire convoquer le constructeur et de le pousser à s'expliquer.

Nouveau rebondissement dans le scandale Volkswagen. Le constructeur automobile affirme que des initiatives seront prises pour contenter les victimes, mais il n’est pas clair quand, comment et surtout quelles solutions seront proposées. Les avocats Geert Lenssens et Laurent Arnauts ont donc décidé de prendre les choses en main. Ils vont lancer vendredi deux procédures-pilote contre Volkswagen, l'une pour les consommateurs privés et l'autre pour les entrepreneurs et les entreprises.

Volkswagen avait trafiqué le logiciel chargé de contrôler les émissions du gaz toxique NOx dans près de 400.000 voitures belges, ce qui a entraîné une perte de valeur des véhicules, selon les clients à la base de cette action en justice: une entreprise propriétaire de 20 véhicules et un consommateur.

Trouver ensemble une solution

Les actions intentées par les deux avocats bruxellois - des procédures en conciliation - sont peu courantes. Leur avantage: elles sont gratuites. Leur objectif: trouver un accord amiable. "L'accent est mis sur la recherche en commun d'une solution", explique Geert Leenssens dans un communiqué.

Le groupe VW sera donc convoqué devant le tribunal de première instance et le tribunal de Commerce de Bruxelles afin de s'expliquer. Laurent Arnauts s'attend à voir VW être amené à comparaître dans le courant du mois de janvier. Le constructeur ne sera toutefois pas obligé d'accepter.

Si le constructeur décide de ne pas se présenter, les avocats intenteraient alors une action classique à l'encontre de Volkswagen.

L'ex-patron de Volkswagen Martin Winterkorn, qui a quitté son poste dès l'éclatement du scandale des moteurs truqués en septembre, est toujours sous contrat avec le groupe et perçoit encore son salaire de plusieurs millions, ont rapporté vendredi deux médias allemands.

"Il n'a pas été mis fin à son contrat qui court jusqu'à fin 2016" et M. Winterkorn "continue d'être payé selon les termes du contrat", indique le journal économique Handelsblatt et l'émission d'investigation Frontal 21 de la chaîne télévisée publique ZDF, qui ont mené une recherche conjointe sur le sujet.

Ils citent des sources proches du conseil de surveillance de Volkswagen.

Le contrat de M. Winterkorn, qui a été aux manettes de Volkswagen de 2007 à 2015 après avoir occupé d'autres postes haut placés au sein du groupe, prévoit un salaire plancher de 1,62 million d'euros, auxquels s'ajoutent de copieux bonus. M. Winterkorn avait ainsi gagné en 2014 plus de 15 millions d'euros, en faisant le patron le mieux payé des trente entreprises cotées à l'indice Dax de la Bourse de Francfort.

Il n'y a "pas de raison de ne plus payer" les bonus, selon les sources citées par Handelsblatt et Frontal 21. Cela signifie que M. Winterkorn devrait percevoir au titre de 2015 plus de 10 millions d'euros.

Les salariés allemands de Volkswagen devront en tout cas, eux, renoncer à leurs primes en 2016, a d'ores et déjà prévenu le chef du comité d'entreprise.


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content