L'ex-patron de Volkswagen a-t-il aussi triché sur les marchés?

©EPA

Martin Winterkorn, président du constructeur automobile au moment de l'affaire des émissions polluantes, est visé par une enquête judiciaire. Selon la justice allemande, il aurait dû informer plus tôt le marché des possibles conséquences financières du scandale.

La justice allemande vient d'ouvrir une enquête visant l'ex-président du directoire de Volkswagen, Martin Winterkorn, et un autre haut dirigeant du groupe automobile. Ils sont soupçonnés d'une possible manipulation de cours liée au scandale des émissions
polluantes.

Le parquet de Brunswick, dans le land de Basse-Saxe, a déclaré dans un communiqué que la nouvelle procédure s'appuyait sur des "éléments concrets suffisants" suggérant que Volkswagen aurait dû informer le marché des possibles conséquences financières du dossier de la manipulation des tests anti-pollution avant le 22 septembre 2015, date à laquelle le groupe a pour la première fois admis publiquement sa responsabilité.

16,2 milliards
VW avait publié le 22 septembre un communiqué dans lequel il expliquait devoir passer une provision d'environ 6,5 milliards d'euros dans ses comptes du troisième trimestre pour faire face au scandale provoqué par sa tricherie sur les véhicules diesel. Une provision qui sera par la suite gonflée à 16,2 milliards d'euros pour l'ensemble de l'exercice 2015, engendrant la première perte annuelle de Volkswagen depuis plus 20 ans.

Le même parquet enquêtait déjà sur 17 anciens salariés de VW soupçonnés de fraude en lien avec le scandale de la manipulation des émissions polluantes. Le président du conseil de surveillance de Volkswagen, Hans Dieter Pötsch, qui était directeur financier à l'époque, n'est pas visé par l'enquête, a indiqué le parquet, sans préciser le nom du deuxième haut dirigeant concerné. La procédure a été ouverte après un signalement de la BaFin, l'autorité des marchés financiers allemands.

"Aucun élément nouveau" selon VW

L'annonce de la nouvelle procédure est intervenue deux jours avant l'assemblée générale annuelle du groupe, au cours de laquelle l'équipe dirigeante pourrait devoir répondre à de multiples critiques d'actionnaires sur la gestion du dossier.

©EPA

"Le renforcement ou l'affaiblissement des soupçons initiaux dépendra des conclusions des nouvelles investigations nécessaires", a ajouté le parquet de Brunswick. Dans un communiqué, Volkswagen a souligné de son côté que la nouvelle enquête n'apportait aucun élément nouveau sur d'éventuels manquements aux obligations des dirigeants visés.

Le groupe ajoute que ses propres investigations n'ont pour l'instant mis au jour aucun élément établissant clairement que des membres ou ex-membres du directoire ont clairement et gravement manqué à leurs devoirs.

D'autres enquêtes sont en cours

Dans son rapport annuel publié le 28 avril, Volkswagen reconnaissait n'avoir pas mesuré l'impact potentiel du scandale avant l'été dernier, lorsqu'il a réalisé que les "dispositifs trompeurs" installés sur plusieurs de ses modèles enfreignaient la réglementation américaine.

©AFP

Il ajoutait qu'à l'époque, les membres de son directoire jugeaient les coûts liés au dossier "globalement gérables" mais qu'après la décision des autorités américaines de révéler l'affaire le 18 septembre, "les faits et les conséquences financières présentaient la situation sous un jour complètement différent."

Le parquet enquête déjà depuis plusieurs mois sur des soupçons de tromperie au sein du groupe, et depuis peu sur des soupçons de destruction de preuves et tentative d'entrave à la justice à l'encontre d'un employé de Volkswagen.

   
  

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content