La Wallonie teste ses voitures diesel

©REUTERS

Les tests d'évaluation environnementale des véhicules légers ont commencé à Mons. Le but: vérifier qu'ils sont conformes aux normes anti-pollution. Ils avaient été décidés dans la foulée du "scandale VW".

Rappelez-vous. En octobre, Carlo Di Antonio, ministre wallon de l'Environnement, lançait: "Je veux une photographie du parc automobile diesel qui circule en Wallonie. Si un constructeur comme Volkswagen triche, il est possible que d’autres marques le fassent aussi". Il promettait alors des tests. Depuis lors, plus guère de nouvelles. Jusqu'à ce samedi.

Les premiers tests environnementaux sur véhicules légers fréquemment utilisés en Wallonie ont enfin été réalisés, au Centre de Technologie Avancée de l'Institut Saint-Luc à Mons. L'opération se poursuivra dans les semaines à venir.

140.000 véhicules
En Wallonie, 140.000 véhicules seraient concernés par les trucages de moteurs au diesel du groupe Volkswagen

Quels tests?

Ces test ont été décidés par le ministre Di Antonio. ©BELGA

Concrètement, chaque véhicule, qui doit avoir moins de 5 ans et moins de 100.000 kilomètres, est testé sur un banc d'essai équipé d'un logiciel simulant un circuit de l'ordre de 30 kilomètres durant 18 minutes, dans des conditions réelles de roulage sur autoroute et en ville. Les tests se dérouleront à Mons jusqu'en avril prochain, le samedi et certains jours fériés.

 

Pourquoi?

Ces tests d'évaluation environnementale visent à obtenir une estimation réelle des taux d'émissions des véhicules légers en Wallonie et à évaluer le différentiel d'émissions du parc de voitures wallon avec les valeurs renseignées par les constructeurs.

Il s'agit donc de vérifier que les véhicules légers roulant sur les routes wallonnes sont effectivement conformes aux normes anti-pollution en Wallonie.

Quid des résultats?

Le résultat des tests seront communiqués dans quelques semaines, dès qu'il seront globalisés. Ils viendront par ailleurs alimenter la procédure juridique en cours, a indiqué le Cabinet de Carlo Di Antonio.

©REUTERS

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content