Matthias Müller devrait succéder à Martin Winterkorn

Plusieurs modèles Audi font partie des voitures concernées par le scandale VW. Matthias Müller devrait succéder à Martin Winterkorn pour diriger Volkswagen. Plus de réponses ce vendredi à l'issue de la réunion du conseil de surveillance au siège du groupe.
  • Fin de notre suivi en direct

    C'est ici que se termine notre live sur les suites de l'affaire VW. Merci de nous avoir suivis.

    Retrouvez dès ce vendredi dans notre journal et sur ce même site les derniers développements du scandale VW.

  • Test-Achats demande à VW de "faire toute la clarté nécessaire"

    L'organisation de défense des consommateurs Test-Achats a envoyé un courrier à Volkswagen Belgique après la découverte de logiciels de trucage aux tests antipollution utilisés par le constructeur.

    "Nous demandons à Volkswagen de mettre fin immédiatement à cette pratique, de faire toute la clarté nécessaire sur cette affaire, en particulier concernant la situation en Belgique, et de prendre les mesures nécessaires afin de limiter le dommage subi et de compenser les clients dupés."

       

    L'organisation a également saisi le ministre des Consommateurs Kris Peeters, ainsi que l'inspection économique pour "connaître les mesures qu'ils vont entreprendre afin de faire cesser et de sanctionner ces pratiques".    

    Ce scandale, qui a éclaté aux États-Unis avant de toucher l'Europe, "n'étonne malheureusement pas Test-Achats qui dénonce cette problématique depuis longtemps". "Les tests que nous menons sur des voitures démontrent systématiquement que la consommation en carburant est bien plus élevée que les chiffres 'officiels' des fabricants. La différence atteint parfois même jusqu'à 50%, ce qui ne peut s'expliquer simplement par des lacunes dans la procédure de test."

  • 100 millions d'euros du Fédéral pour Audi Brussels

    L’usine d’Audi Brussels pourra compter sur un soutien du gouvernement fédéral, a-t-on appris à bonne source. Après les quelque 35 millions d’aides promis par les Régions, via des aides à la formation et à l’innovation, la contribution de l’État fédéral devrait amener 100 millions d’euros sur la table via différentes mesures pour l’usine de Forest.

    En fait, une partie de ces économies provient du "tax shift" du gouvernement avec la diminution des charges patronales qui passent de 33% à 25%, les diminutions de charges pour le travail en équipes et le soutien du travail en continu. Audi profitera aussi des réductions d’impôts pour le travail en équipe et le crédit d’impôts spécifique aux technologies de pointes.

    > Plus de détails dans notre édition de ce vendredi


  • L'UE demande aux Etats membres de faire le nécessaire

    La Commission européenne a demandé aux Etats-membres de conduire "les enquêtes nécessaires au niveau national" après les révélations sur la tricherie de Volkswagen aux tests anti-pollution.

    L'exécutif européen souhaite que les autorités nationales se penchent sur les conséquences "pour les véhicules vendus en Europe" des révélations faites aux Etats-Unis. La Commission est en charge de fixer les seuils d'émission ainsi que les règles de procédure des contrôles effectués, mais les tests en eux-mêmes sont réalisés par les autorités en charge dans chacun des 28 Etats membres.

    Une rencontre "dans les jours à venir" doit se tenir avec les autorités en charge de délivrer la certification dans chaque Etat.


  • Le patron de Porsche favori pour remplacer Winterkorn

    ©REUTERS

    Matthias Müller (photo), président du directoire de Porsche et ancien chef de produits chez VW et Audi, sera désigné vendredi président du directoire du groupe Volkswagen en remplacement de Martin Winterkorn, démissionnaire, a explique une source proche du dossier à l'agence Reuters. 

    Müller, cité depuis plusieurs jours comme le favori à la succession de Winterkorn, a l'assurance d'obtenir une majorité parmi les 20 membres du conseil de surveillance.

    Martin Winterkorn, qui était à la tête du premier constructeur automobile européen depuis près de neuf ans, a démissionné mercredi soir en assumant la responsabilité du scandale sur le trucage des tests anti-pollution des voitures diesel de VW et d'Audi aux Etats-Unis.

    Deux sources ont indiqué par ailleurs que Winfried Vahland, actuel patron de la filiale tchèque Skoda, était le mieux placé pour prendre la direction des opérations américaines en remplacement de Michael Horn, qui sera débarqué vendredi. Un siège lui sera proposé au directoire afin que la filiale américaine soit mieux contrôlée du siège, a-t-on ajouté.

  • La France va procéder à des "test aléatoires"

    Ségolène Royal, ministre française de l'Ecologie, a annoncé la mise en place de "tests aléatoires" sur les voitures dans tout le territoire hexagonal. La ministre Royal va aussi revoir les procédures de contrôle de la pollution des automobiles pour se concentrer sir les conditions réelles de conduite. 

    Les constructeurs français vont, de leurs côtés, ouvrir leurs laboratoires a des inspections pour lever toute suspicion après l'affaire VW.

    Dans un second temps, des tests seront réalisés sur route avec une centaine de véhicules.

  • L'Audi A1 fait partie des voitures tricheuses

    Le moteur diesel EA 189 incriminé dans le scandale VW équipe plusieurs modèles Audi comme la A1, la A3, la A4 ainsi que la A6. C'est le porte-parole de la filiale haut de gamme de VW qui a révélé l'information, précisant toutefois que le logiciel espion n'a pas encore été formellement identifié.

    L'usine forestoise qui assemble les Audi A1 a utilisé le moteur contesté. L'année de construction du moteur et le nombre de véhicules impliqués n'ont pas encore été communiqués.

  • Départs chez Audi et Porsche

    Deux des ingénieurs les plus haut placés du groupe Volkswagen vont être poussés vers la sortie après le scandale sur le trucage des tests anti-pollution des voitures diesel de VW et d'Audi, selon le Bild.

    Qui?

    Ulrich Hackenberg, patron de la recherche et développement chez Audi et longtemps haut responsable de la marque VW
    Wolfgang Hatz, responsable des moteurs chez Porsche

    Ils seront débarqués à l'occasion de la réunion du conseil de surveillance du groupe prévue vendredi, précise le journal. VW, Audi et Porsche n'ont pas souhaité commenter l'information de Bild.

  • VOLKSWAGEN AG RATINGS MAY BE CUT BY S&P— zerohedge (@zerohedge) September 24, 2015

  • BMW se défend

    BMW réfute les allégations de manipulation de ses moteurs ou falsification de résultats de tests antipollution. Le constructeur dit se conformer aux normes légales partout.

    "Chez BMW nous ne tricherons pas et bien évidemment nous nous conformons aux exigences légales dans tous les pays, et nous nous plions à tous les tests locaux."
    BMW

  • La Commission européenne appelle tous ses pays membres à ouvrir des enquêtes autour du scandale VW.

  • Daimler réagit

    Daimler dit qu'il n'y a pas de manipulation des tests d'émission diesel, et qu'il n'emploie pas de système de contournement de tests.

    "Il n'y a aucune différence dans le traitement des gaz d'échappement, que la voiture soit sur le banc de test ou sur la route", dit le constructeur bavarois dans un communiqué.

    Le magazine allemand Auto Bild rapportait ce matin que la BMW X3 xDrive 20d a rejeté, lors de tests de l'International Council on Clean Transportation (ICCT), plus de 11 fois plus d'oxyde d'azote qu'autorisé par la norme européenne Euro 6. "Aucune précision particulière concernant ce test n'a été encore apportée et de ce fait nous ne pouvons expliquer ces résultats", observe BMW. "Nous allons prendre contact avec l'ICCT pour lui demander des précisions sur le test auquel il a procédé".

  • Rouge sur les marchés

    L'action VW, qui était en hausse ce matin, repasse dans le rouge. BMW est fortement impacté par les nouvelles révélations. Daimler (Mercedes) est aussi en nette baisse.

     

    BMW -9,38% Daimler -5,62% Continental -5,14% Volkswagen - 2%— Niall Delventhal (@NiallDelventhal) 24 Septembre 2015

  • La plus grande banque nordique, la suédoise Nordea, a interdit à ses gestionnaires de fonds d'acheter pendant six mois des actions ou obligations Volkswagen.

    "Nous pensons que cette action ou ce manque d'action de la part de la direction est scandaleuse. C'est un manque de jugement en termes de stratégie, mais c'est aussi très coûteux d'un point de vue financier."
    Sasja Beslik
    à la tête des investissements responsables

  • VW a aussi manipulé les tests d'émission en Europe

    Le ministre des Transports allemand Alexander Dobrindt a donc déclaré  que la manipulation de tests d'émission par Volkswagen s'était également produite en Europe et pas seulement aux Etats-Unis.

    "Nous avons été informés qu'en Europe également des véhicules équipés de moteurs diesel de 1,6 et 2,0 litres sont touchés par les manipulations dont on parle", a dit le ministre à la presse, ajoutant qu'on n'en connaissait pas le nombre.

  • Qui est concerné en Belgique?

    En Belgique, plus de 100.000 véhicules diesel des modèles et des années incriminés ont été vendus. Une partie de ceux-ci seront certainement équipés de ces fameux moteurs diesel 2 litres TDI EA189.

    Mais cela pose-t-il vraiment un problème? Le software, installé par Volkswagen et repéré par l’ONG International Council on Clean Transportation puis par l’Agence fédérale de l’Environnement (EPA) américaine, est particulièrement utile pour les tests lors du cycle de vie du véhicule. Comme ce type de test n’a pas lieu en Europe, il y aurait donc peu d’intérêt pour cette manipulation. Cela ne veut pas dire que d’autres manipulations ne seraient pas possibles.

  • VW plus dangereux pour l'économie allemande que la crise grecque?

    "Tout d'un coup, Volkswagen est devenu un risque plus important que la crise grecque pour l'économie allemande", (Carsten Brzeski, économiste chez ING).

    "Si les ventes de Volkswagen venaient à plonger en Amérique du Nord dans les prochains mois, cela aurait non seulement un impact sur le groupe mais aussi sur l'ensemble de l'économie allemande", a ajouté l'économiste d'ING).

    Quelques chiffres

    • Volkswagen a vendu l'an dernier près de 600.000 véhicules aux Etats-Unis, soit environ 6% des 9,5 millions de voitures qu'il a écoulées à l'échelle mondiale.
    • La tromperie sur les tests d'émissions de polluants par ses véhicules diesel aux Etats-Unis expose le constructeur allemand à des amendes pouvant atteindre 18 milliards de dollars (16,1 milliards d'euros).
    • Ce montant dépasse le bénéfice opérationnel dégagé par VW en 2014 (12,7 milliards d'euros) mais il est inférieur à sa trésorerie disponible, qui s'élève à 21 milliards d'euros.

    Selon Martin Gornig, expert du secteur du groupe de réflexion berlinois DIW, "si les ventes d'automobiles diminuent, cela affectera également les fournisseurs et avec eux l'ensemble de l'économie". Le secteur automobile emploie près de 775.000 personnes en Allemagne, soit environ 2% de la population active, et génère près de 20% des exportations du pays. "C'est pour cela que ce scandale n'est pas une bagatelle. L'économie allemande a été touchée en plein coeur", observe Michael Hüther, qui dirige l'institut IW.

    "Il n'y aura pas de récession à cause d'une seule entreprise", (Jörg Krämer, économiste de Commerzbank).

    La fédération BGA des exportateurs allemands s'est également voulue rassurante. "Il n'y a pas de suspicion généralisée à l'égard des produits estampillés 'Made in Germany'", a déclaré son directeur général Andre Schwarz, même s'il a évoqué les craintes de certaines entreprises locales face à un éventuel effet domino.

    Alors que l'économie allemande a résisté à la crise de la dette dans la zone euro et, jusqu'ici, au ralentissement chinois.

     "L'ironie de la situation, c'est que la menace pourrait maintenant provenir de l'intérieur, plutôt que de l'extérieur", (Carsten Brzeski, économiste chez ING).

  • Que va faire VW pour ses clients?

    "Pour rétablir la confiance, Volkswagen doit indemniser tout consommateur affecté" par la situation, dit Klaus Müller, président de la fédération des organisations de consommateurs allemandes. "La société doit soit rééquiper tous les véhicules concernés soit donner aux particuliers affectés la possibilité de le faire".

    Pour rappel, VW a dit qu'il provisionnerait 6,5 milliards d'euros pour couvrir le coût du scandale, qui pourrait impliquer 11 millions de véhicules diesel dans le monde entier.

  • En Europe aussi

    VW a admis que la manipulation des tests avait également eu lieu en Europe, selon le ministre des transports allemand.

    ©Bloomberg

  • Les candidats cités pour remplacer Winterkorn:

    Les outsiders Herbert Diess (BMW), Rupert Stadler, et Matthias Müller (Porsche) le favori. ©REUTERS

  • Qui va remplacer Winterkorn?

    Qui sera le futur patron de Volkswagen? Il semble acquis qu'il sera issu de la grande famille Volkswagen et de ses douze marques, qui vont des camions MAN et Scania aux motos Ducati, en passant par les citadines Seat et les bolides Lamborghini.

    Trois noms reviennent de manière insistante.

    • Le favori: le patron des voitures sportives Porsche, Matthias Müller, 62 ans est qualifié partout de "favori".

    Les outsiders: le transfuge du bavarois BMW Herbert Diess, placé à la tête de la marque Volkswagen pour sa réputation de "tueurs de coûts", et le patron des luxueuses Audi Rupert Stadler ont aussi une carte à jouer.On cite encore Hans Dieter Pötsch, directeur financier du groupe VW, Andreas Renschler, chef de la division camions et Jürgen Stackmann, patron de Seat

    Aux rênes de la marque espagnole depuis 2013, cet Allemand de 54 ans passé par Ford et diplômé de gestion des affaires a rejoint le groupe Volkswagen en 2010.

    Outre la gestion de crise, le nouvel élu aura la lourde tâche d'un changement de culture chez Volkswagen. Car l'international ne parvient plus à masquer la centralisation excessive du constructeur.

  • L'action BMW à la baisse suite à des accusations

    L'action BMW s'est retournée à la baisse en cours de matinée à Francfort, les traders évoquant une information selon laquelle il s'est avéré que certaines de ses voitures diesel dépassaient les normes d'émissions polluantes.

    Le magazine allemand Auto Bild rapporte que les BMW X3 xDrive 20d ont dépassé la norme Euro 6 d'émission d'oxyde d'azote de plus de 11 fois dans le cadre de tests de l'International Council on Clean Transportation (ICCT).

    BMW a déclaré à Auto Bild qu'il n'y avait pas de fonction dans les BMW pour identifier les tests d'émission et que tous les systèmes de traitement restaient actifs en dehors des périodes de tests, selon des propos rapportés par le journal. Un porte-parole de BMW a indiqué qu'il n'avait rien à ajouter à ces commentaires.

    • Vers 11h30 GMT, le titre perd 4,8%, plus forte baisse de l'indice EuroFirst 300, à 75,96 euros, et pèse sur l'indice automobile en Europe (-1%), également passé dans le rouge après un début de séance en net hausse, à la faveur d'un nouveau rebond de Volkswagen, qui s'adjuge 4,7%.

  • Demain, on connaîtra les "coupables"

    Volkswagen commencera ce vendredi à désigner des personnes considérées comme responsables de la manipulation de tests d'émission. Le conseil de surveillance dévoilera ces noms tout en
    annonçant le successeur du président du directoire démissionnaire Martin Winterkorn.
    Le patron de Volkswagen a annoncé sa démission mercredi, assumant la responsabilité de la manipulation des tests sur les émissions polluantes des véhicules du groupe.

    Martin Winterkorn. ©EPA

  • L'action VW en hausse

    Le titre Volkswagen prenait plus de 3% vers 11h40, dans un marché globalement baissier.

    Volkswagen avait dévissé de 35% en deux jours lundi et mardi, pour reprendre déjà plus de 5% mercredi, à la suite de la démission de Martin Winterkorn. Le patron du groupe a présenté sa démission pour permettre "un nouveau départ", un successeur doit être désigné vendredi.

    Sous l'égide d'un nouvel homme fort, "la confiance perdue devrait être plus facile à restaurer", commentait Frank BIller, analyste de LBBW, "et la volatilité de l'action pourrait s'atténuer".

    De là à la conseiller à l'achat, il y encore un grand pas, tant que les conséquences financières du scandale ne sont pas encore précisées.


  • Jolie pension pour Winterkorn

    Martin Winterkorn likely to leave #Volkswagen with €28.6 million ($32 million) pension http://t.co/1MKPa3qhrO pic.twitter.com/e2nh8ihwhP— Bloomberg Business (@business) 24 Septembre 2015

  • 500.000 Seat concernées

    La marque automobile espagnole Seat, filiale deVolkswagen, a équipé plus de 500.000 voitures fabriquées en Espagne avec des moteurs truqués, affirme El Pais.

    "La filiale espagnole du consortium allemand a monté plus d'un demi-million de ces moteurs dans ces véhicules depuis 2009", selon le journal qui cite des sources proches de l'entreprise.

    "Il y a des véhicules de Seat qui sont équipés de ce moteur", a reconnu un porte-parole, sans vouloir donner de chiffre.

    • La marque espagnole a vendu 378.586 véhicules en 2014 et près de 2 millions, essence et diesel, au cours des six dernières années, selon les calculs de El Pais.

    Volkswagen, fort de 12 marques de voitures et de camions, a admis avoir mis en place un logiciel sur les moteurs diesel de type EA189 équipant environ 11 millions de ses voitures dans le monde pour contourner les tests antipollution.

    ©REUTERS

  • Pour rappel, le scandale, qui a éclaté vendredi dernier aux Etats-Unis, a poussé mercredi son patron, Martin Winterkorn, à la démission.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés