Court-Saint-Etienne | Dans un fauteuil?

Un jeune en stage dans une menuiserie à Court-Saint-Etienne ©Thierry du Bois

Le bourgmestre MR sortant a toutes les chances de rempiler pour six années supplémentaires.

Michael Goblet d’Alviella est bourgmestre de Court-Saint-Etienne depuis 2002. Seize ans de mayorat, qui ont de fortes chances de se prolonger 6 ans de plus après le scrutin du mois d’octobre. Car l’élu MR, associé depuis autant d’années au cdH, joue ces élections dans un fauteuil. Depuis son entrée de piste en 2002, la dette a fondu de plus de moitié. "On est passé de 10 millions de dettes à 3,5 millions, auxquels viennent s’ajouter un emprunt de 1,5 million destiné à l’acquisition et l’ouverture d’écoles, et l’agrandissement du dépôt communal", explique Michael Goblet.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

Son principal rival, c’est Ecolo. Lui-même dira que rien n’est jamais certain, et que des changements d’alliance peuvent toujours survenir. On ne sait jamais ce que les urnes réservent. La commune voisine, Ottignies-Louvain-la-Neuve, gros bastion Ecolo, pourrait toujours étendre sa tache d’huile verte sur les terres du sieur Goblet.

Pression immobilière

La pression immobilière est tellement forte chez les voisins ottintois que de plus en plus de citoyens se reportent sur les communes limitrophes, comme Court-Saint-Etienne. Cela se ressent d’ailleurs sur les prix de l’immobilier, qui ont progressé dans la commune de 19% depuis 2013 (prix moyen des maisons).

Les projets immobiliers sont d’ailleurs l’un des grands chantiers que compte poursuivre le bourgmestre actuel, s’il devait être réélu. "Notre défi, c’est de réaliser la deuxième phase du projet Court Village, sur le site de l’ancienne usine Henricot. Pour l’instant, la première phase comporte déjà 8.000 m² de commerces, 150 logements, à terme on en prévoit 350."

Le vieillissement de la population, qui touche toutes les communes du pays, constitue le second gros défi que devra encore affronter la majorité communale de Court-Saint-Etienne. "Dans le projet Court Village, nous développons aussi avec la province deu Brabant wallon une offre de logements publics destinés aux personnes âgées. Court-Saint-Etienne envisage aussi la prise de participation dans les projets des communes avoisinantes, Ottignies et Genappe, afin de pallier la fermeture de la seule maison de repos publique dont disposait la commune."

Et la mobilité? Est-elle un gros nœud à résoudre à Court-Saint-Etienne? Pour Ecolo, ce sera sans doute un enjeu. Le bourgmestre actuel, lui, pointe le gros avantage que constitue la N25, qui traverse la commune de part en part. "Elle rend n’importe quelle ville, du sud de la France au pôle Nord, accessible par autoroute", dit Michael Goblet, en poussant la caricature. Les seuls soucis sont ceux que connaissent toutes les communes aujourd’hui, la mobilité aux heures de pointe aux abords des écoles. Un thème dont s’emparera avec certitude Ecolo.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content