Dinant | Richard Fournaux espère régner six ans de plus

Richard Fournaux, à Dinant en 2014.

À la tête de la ville depuis 20 ans, le bourgmestre sortant espère décrocher la majorité absolue et sauver son poste.

Assis sur le siège de bourgmestre depuis 20 ans, le néolibéral Richard Fournaux entend bien conserver sa majorité absolue et rempiler pour 6 ans de plus à la tête de Dinant. C’est d’ailleurs le principal enjeu politique de cette campagne et Richard Fourneaux ne s’en cache pas. "Si je n’ai pas la majorité absolue à travers ma liste du bourgmestre, les autres partis politiques vont s’allier pour me mettre dehors", redoute-t-il.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

Mais au-delà de la question des personnalités politiques, la campagne dinantaise devrait surtout s’axer autour de deux gros enjeux pour la ville. Le premier, qui préoccupe de nombreux commerçants depuis quelques années, est la multiplication des chantiers qui ont plombé le cœur de la ville. "Les travaux ont débuté il y a 6 ans à Dinant. L’immobilier a souffert pendant toute cette période. Maintenant que nous arrivons à la fin, il faut redynamiser les commerces", estime Richard Fournaux. Le bourgmestre sortant se montre malgré tout positif devant ce que d’autres résument par un déclin. "Il y a une excitation depuis peu pour entreprendre dans le centre-ville. L’horeca en particulier cherche à se développer. Il faut arriver à organiser les choses et ne pas faire n’importe quoi."

L’autre challenge qui attend le futur mayeur de Dinant concerne le développement de nouveaux lotissements et l’arrivée de 1.200 habitants supplémentaires. "À l’échelle de Dinant et ses 14.000 habitants, c’est énorme. Nous avons lancé une stratégie en partenariat avec Namur. Dinant reste une ville où le foncier est accessible et la ville est située sur un axe stratégique à seulement 28 kilomètres de Namur. La gare offre par ailleurs un accès direct à l’aéroport de Zaventem." Derrière cette stratégie, le bourgmestre sortant vise une population dont les revenus sont situés au-dessus de la moyenne. "Il faut rééquilibrer les choses. Beaucoup de logements sociaux ont été construits par le passé."

L’opposition cdH, Ecolo rassemblée sur la liste Intérêts communaux avec quelques libéraux veut, elle, donner une orientation différente à ces projets de croissance. "Les villages et les services aux citoyens ont été oubliés. La vision du bourgmestre est de voir arriver de nouveaux citoyens. Mais avant d’y arriver, la commune doit être un lieu où les citoyens actuels sont chouchoutés. Il faut par ailleurs lutter contre l’important turnover dans le centre-ville", estime le centriste Axel Tixhon.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect